•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ottawa attend encore les états financiers de près de 200 communautés autochtones

Le chef de la Nation crie d'Onion Lake, Wallace Fox, arrive à la Cour fédérale de Saskatoon pour la deuxième journée d'audience

Le chef de la Nation crie d'Onion Lake, Wallace Fox, arrive à la Cour fédérale de Saskatoon pour la deuxième journée d'audience

Photo : ICI Radio-Canada/Nicole Lavergne-Smith

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Près du quart des communautés autochtones du pays pourraient perdre des millions de dollars pour le financement de services non essentiels.

En tout, 191 Premières Nations n'ont pas respecté l'échéance du gouvernement fédéral, fixée au 1er septembre, pour la publication en ligne de leurs états financiers et du salaire de leurs dirigeants, comme l'exige la Loi sur la transparence financière des Premières Nations.

En Ontario, elles sont 42 communautés à ne pas avoir soumis leurs états financiers à temps.

Selon le ministère des Affaires autochtones et du Développement du Nord canadien, Ottawa a déjà commencé à retenir des fonds dits non essentiels.

Cela comprend l'argent des salaires des membres du conseil de bande et de l'administration.

Le ministère dit avoir envoyé, il y a deux semaines, des lettres aux communautés autochtones leur rappelant l'échéance et que dès qu'elles se seront soumises aux exigences du gouvernement, les fonds retenus leur seront versés.

Selon le professeur à l'Université d'Ottawa et expert en droit autochtone Sébastien Grammond, le climat dans lequel la Loi sur la transparence financière des Premières Nations a été adoptée explique en partie le refus des communautés de se plier à l'exercice.

« Il y a un certain discours qui dit que les communautés autochtones ne savent pas bien gérer l'argent qu'on leur donne et je pense que la loi visait à entretenir ce discours-là », dit-il.

La loi fait d'ailleurs l'objet d'une contestation en cour fédérale à Saskatoon par deux communautés autochtones qui soutiennent que ces informations leur appartiennent.

Avec le reportage de Martine Laberge

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ontario