•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus de financement en santé, promettent des candidats à Moncton

Le 6 février 2015, la Cour suprême du Canada a déterminé qu'un médecin pourra légalement aider un patient à s'enlever la vie.
Le 6 février 2015, la Cour suprême du Canada a déterminé qu'un médecin pourra légalement aider un patient à s'enlever la vie. Photo: iStock
Radio-Canada

Plus d'investissements et une collaboration avec les provinces permettront de sauver le système de soins de santé, clament les candidats libéral, néo-démocrate et vert de Moncton-Riverview-Dieppe, au Nouveau-Brunswick.

Un texte de Antoine Trépanier TwitterCourriel

Les trois candidats ont répété que les provinces, particulièrement celles de l'Atlantique, ont plus que jamais besoin de l'aide du gouvernement fédéral en santé.

Au Nouveau-Brunswick, 16 % de la population est âgés de 65 ans ou plus, c'est deux points de plus que la moyenne nationale.

Plus de 150 personnes se sont présentées à l'assemblée publique.Plus de 150 personnes se sont présentées à l'assemblée publique. Photo : ICI Radio-Canada/Antoine Trépanier

Les candidats participaient mardi soir à une assemblée publique organisée par l'Association des infirmières et infirmiers du Canada portant sur les soins de santé aux aînés et les soins à domicile.

Devant une salle comble d'environ 150 personnes, les candidats dans la circonscription de Moncton-Riverview-Dieppe, Luc LeBlanc (NPD), Ginette Petitpas Taylor (libéral) et Luc Melanson (vert), ont promis de faire de la santé et de l'aide aux aînés un cheval de bataille de leur parti. Le député sortant, le conservateur Robert Goguen, a décliné l'invitation à cette assemblée.

M. LeBlanc affirme qu'un gouvernement néo-démocrate serait plus actif en santé et s'assurerait que les transferts aux provinces dans ce domaine soient bel et bien investis en santé.

Je vous assure que l'argent irait en santé et pas dans l'achat de tracteurs.

Luc LeBlanc, candidat du NPD
Ginette Petitpas Taylor, Luc LeBlanc et Luc Melanson.Ginette Petitpas Taylor, Luc LeBlanc et Luc Melanson. Photo : ICI Radio-Canada/Antoine Trépanier

M. LeBlanc affirme que le NPD veut développer davantage la politique de l'assurance-emploi et des prestations de compassion en ajoutant aux 26 semaines qu'ont établies les conservateurs.

« De toute évidence, on a besoin d'un programme pour plus de 26 semaines », a-t-il déclaré.

La candidate libérale a pour sa part réitéré que son parti entend mettre en place des prestations de compassion plus souples et plus accessibles aux aidants naturels.

En effet, le chef libéral Justin Trudeau a annoncé la semaine dernière qu'il entendait rendre ces prestations accessibles à toutes les personnes qui prodiguent des soins à un parent malade. Il s'agit d'un investissement de 190 millions de dollars par année que promettent les libéraux.

« Il y a des parties du système de santé qui sont brisées et d'autres qui fonctionnent. Je m'engage à consulter la population pour trouver des solutions, parce que c'est ensemble qu'on va trouver les solutions », a déclaré Mme Petitpas Taylor.

Elle a d'ailleurs confié que le Parti libéral annoncerait sous peu sa plateforme en matière de soins de santé.

Infirmières et infirmiers demandent des garanties

Cette assemblée publique s'inscrit dans une série d'événements organisés par l'association des infirmières et infirmiers partout au pays durant cette campagne électorale.

« On a tout intérêt à vouloir avancer des pistes de solutions au niveau de politiques en santé. Pour nous, c'est très important d'avancer des politiques qu'on a proposé aux différents délégués fédéraux », explique l'ex-directrice générale de l'Association des infirmières et infirmiers du Canada, Rachel Bard.

L'association demande notamment qu'on instaure un crédit d'impôt de 100 millions de dollars pour les aidants naturels qui restent à domicile pour aider un membre de la famille.

« On sait que dans le moment, il y a des millions de dollars que les proches donnent aux soins à domicile et ce n'est pas reconnu. C'est des économies pour le système ça », soutient Mme Bard.

Acadie

Politique