•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Regina : l'autoroute 1 est toujours dangereuse, plaide la mère d'une victime 

Une croix indique l'endroit où Lane Campbell Antosh a perdu la vie après un accident de voiture le 9 août 2013.

Une croix indique l'endroit où Lane Campbell Antosh a perdu la vie après un accident de voiture le 9 août 2013.

Photo : Wanda Campbell

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Deux ans après la mort de son fils de 17 ans dans un accident de la route, Wanda Campbell estime que la Transcanadienne à l'est de Regina est toujours dangereuse.

« Nous avons perdu deux autres membres de notre communauté depuis la mort de Lane. Il faut en faire plus », croit Mme Campbell.

Son fils Lane Campbell Antosh a perdu la vie le 9 août 2013. Son véhicule est entré en collision avec une autre voiture à l'intersection de la route 362 et de l'autoroute 1 à proximité de Pilot Butte. Il est mort sur le coup.

Mme Campbell et d'autres personnes ont tenu une veillée aux chandelles en fin de semaine là où cinq personnes, incluant son fils, sont mortes. Selon elle, 15 personnes sont mortes sur la portion de l'autoroute 1 à l'est de Regina jusqu'à Balgonie.

Des participants à la veillée aux chandelles ont porté ces chandails en mémoire de Lane Cambpell Antosh et d'autres victimes d'accidents de la route sur la portion est de l'autoroute 1.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des participants à la veillée aux chandelles ont porté ces chandails en mémoire de Lane Cambpell Antosh et d'autres victimes d'accidents de la route sur la portion est de l'autoroute 1.

Photo : Wanda Cambpell

La mère se réjouit du projet de la voie de contournement qui doit être complétée en 2019, mais croit que des mesures doivent être prises maintenant pour rendre l'autoroute plus sécuritaire. Elle et un groupe de citoyens réclament des feux de circulation aux intersections dangereuses. Le gouvernement a baissé la limite de vitesse de 110 km / h à 90 km / h dans ce secteur et a installé des radars, mais ce n'est pas assez, croit-elle.

Elle invite les citoyens à contacter la ministre de la Voirie et des Infrastructures Nancy Heppner sur Twitter avec le mot-clic #DyingWaiting (« mourir en attendant »). « Le mot-clic #DyingWaiting est apparu parce que nous croyons que la communauté meurt littéralement en attendant la voie de contournement », explique Mme Campbell.

Chaque nouvelle d'un accident sur cette portion de la Transcanadienne lui brise le cœur, car c'est comme revivre la mort de son fils, dit-elle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !