•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Cité universitaire francophone voit le jour

Inauguration de la Cité universitaire francophone à Regina le 1er septembre

Inauguration de la Cité universitaire francophone à Regina le 1er septembre

Photo : ICI Radio-Canada/Jacaudrey Charbonneau

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La Cité universitaire francophone, née de la fusion de l'Institut français et du Département de français de l'Université de Regina, a été inaugurée mardi.

La Cité a un statut équivalent aux autres facultés et pourra plus tard offrir des cours en vue de l'obtention d'un diplôme universitaire.

Plus d'une centaine de personnes étaient présentes pour l'inauguration. Sophie Bouffard, directrice de la Cité universitaire, a ouvert la cérémonie en accueillant les francophones et les Fransaskois dans leur nouvel établissement d'enseignement.

Le reportage de Jacaudrey Charbonneau

Bienvenue chez nous, bienvenue chez vous à la Cité. Oui c'est un événement historique ce qui nous rassemble. Après plus de 40 ans, nous inaugurons aujourd'hui notre première unité académique francophone.

Une citation de :Sophie Bouffard, directrice de la Cité universitaire
Environ une centaine de personnes étaient présentes lors de l'inauguration de la Cité universitaire francophone à Regina.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Environ une centaine de personnes étaient présentes lors de l'inauguration de la Cité universitaire francophone à Regina.

Photo : ICI Radio-Canada/Jacaudrey Charbonneau

Vianne Timmons, présidente de l'Université de Regina, a signalé tous les efforts et les années de travail qui ont mené à l'aboutissement de la Cité. Celle-ci s'est réjouie de voir que des étudiants de la Saskatchewan auront plus d'opportunités pour étudier en français à l'Université, ce qui n'était pas possible lorsqu'elle était étudiante.

L'établissement d'enseignement permettra de mieux répondre à la croissance de la communauté francophone en Saskatchewan en accueillant des étudiants d'ici et d'ailleurs, espère Françoise Sigur-Cloutier, présidente de l'Assemblée communautaire fransaskoise (ACF).

Le nouveau logo de la Cité universitaire francophone dévoilé lundi à ReginaAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le nouveau logo de la Cité universitaire francophone dévoilé lundi à Regina

Photo : ICI Radio-Canada/Nahila Bendali

Graham Fraser, commissaire aux langues officielles du Canada a pour sa part souligné l'importance de la Cité pour le bilinguisme au Canada.

La création de la Cité universitaire francophone est l'aboutissement d'années de travail de la part de la communauté et de l'Université. Voici quelques moments clés de cette histoire.

Sophie Bouffard inaugure la Cité universitaire francophone le 1er septembre à Regina.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Sophie Bouffard inaugure la Cité universitaire francophone le 1er septembre à Regina.

Photo : ICI Radio-Canada

Création de l'Institut de formation linguistique de l'Université de Regina

Après la fin du rôle universitaire du Collège Mathieu de Gravelbourg en 1968, le Centre d'études bilingue de l'Université de la Saskatchewan à Regina prend la responsabilité de l'éducation universitaire en français dans les années 1970.

Puis en 1988, l'Institut de formation linguistique est créé. Il offre la possibilité de suivre des études postsecondaires et une formation linguistique en français. André Lalonde, qui en a été le directeur, décrivait ainsi sa mission à l'époque : « Nous faisons la promotion de la langue et de la culture française, car l'une ne va pas sans l'autre ». L'institut donne une formation en langue et des cours de perfectionnement aux professeurs de français, et offre des ateliers de travaux dirigés et de pédagogie.

Quatorze langues sont enseignées à l'Institut.

L'Institut français voit le jour

Institut français de l'Université de ReginaAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Institut français de l'Université de Regina

En 2003, l'Institut de formation linguistique change de nom et de mandat et devient l'Institut français.

Celui-ci doit répondre aux besoins éducatifs universitaires des francophones de la Saskatchewan en offrant, en français, des cours, des programmes et des services universitaires.

Dès 2005, avec la création du Centre de recherche sur la francophonie en milieu minoritaire,  l'Institut accueille un programme de recherche qui porte en priorité sur l'expérience de la communauté fransaskoise. 

Au fil des ans, le désir que l'Institut français puisse gérer lui-même des programmes d'études universitaires et décerner des diplômes s'accentue. En janvier 2010, la présidente et vice-chancelière de l'Université de Regina, Vianne Timmons, s'engage entre autres à mettre sur pied un baccalauréat en développement communautaire, perçu comme un premier pas vers un statut universitaire pour l'Institut.

Eaux troubles et manifestation des Amis de l'Institut français

En décembre 2011, des membres de la communauté fransaskoise expriment leur mécontentement lorsque le contrat de Peter Dorrington, directeur par intérim de l'Institut français, n'est pas renouvelé. Un groupe appelé les Amis de l'Institut français est formé et accuse la présidente et vice-chancelière de l'établissement, Vianne Timmons, de renier ses engagements et ne pas faire avancer le dossier d'un statut universitaire pour l'Institut français. 

Des manifestants défilent sur le campus de l'Université de ReginaAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des manifestants défilent sur le campus de l'Université de Regina

Photo : Cynthia Noury

En avril 2012, les Amis de l'Institut organisent une manifestation sur le campus de l'université, affirmant que la haute administration de l'Université est en train de démanteler l'Institut français. 

Deux cents personnes participent au rassemblement. En septembre de 2012, l'administration crée un groupe de travail composé de membres de la communauté fransaskoise et de cadres de l'Université, pour étudier l'avenir de l'Institut.

Université et communauté : vers une vision commune

Le 22 mai 2013, le groupe de travail depose ses 35 recommandations.

Judith Woodsworth, présidente du groupe de travail sur l'éducation postsecondaire en français à l'Université de Regina Judith Woodsworth, présidente du groupe de travail sur l'avenir de l'Institut françaisAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Judith Woodsworth, présidente du groupe de travail sur l'éducation postsecondaire en français à l'Université de Regina

Il suggère notamment que l'Institut soit reconnu comme centre universitaire fransaskois, et puisse embaucher son personnel, gérer ses budgets et ses cours et accorder des crédits.

L'Université crée immédiatement un deuxième groupe de travail afin de mettre en place les recommandations. Le groupe est à nouveau composé de membres de l'Université de Regina et de la communauté fransaskoise.

Changement de statut de l'Institut français

Le 7 juillet 2015, le conseil des gouverneurs de l'Université de Regina approuve à l'unanimité le changement de statut de l'Institut français. La Cité universitaire est née, résultat de la fusion de l'Institut français et du Département de français de l'Université de la Regina.

La Cité universitaire reçoit officiellement un statut pédagogique et de ce fait, pourra offrir des cours crédités.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !