•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un homme d'Edmonton n'a pas été expulsé malgré un lourd dossier criminel

Silva Koshwal était en cour la semaine dernière pour faire face à des accusations de meurtre au deuxième degré et d'outrage à un cadavre.

Silva Koshwal était en cour la semaine dernière pour faire face à des accusations de meurtre au deuxième degré et d'outrage à un cadavre.

Photo : Jennifer Poubran

Radio-Canada

Un homme d'Edmonton qui a le statut de résident permanent au Canada et qui est maintenant accusé du meurtre d'une femme de 38 ans d'Edmonton n'a pas été expulsé malgré le fait qu'il avait violé ses conditions de séjour après avoir fait l'objet d'une mesure de renvoi.

CBC/Radio-Canada a appris que Silva Koshwal, 38 ans, a gagné sa cause après avoir interjeté appel d'une mesure de renvoi auprès de la Commission de l'immigration et du statut de réfugié au Canada, et ce malgré son dossier criminel qui inclut des condamnations pour agression sexuelle.

« Je peux confirmer que Silva Koshwal fait l'objet d'une mesure de renvoi pour criminalité grave obtenue par l'Agence des services frontaliers du Canada en 2010 en raison d'une condamnation pour agression sexuelle », a indiqué par courriel Lisa White, porte-parole de l'Agence des services frontaliers.

« La mesure de renvoi a été suspendue par la Commission de l'immigration et du statut de réfugié jusqu'en janvier 2016 », affirme Lisa White. « La Commission ne peut pas renvoyer une personne quand un séjour temporaire a été accordé, à moins que les conditions ne soient violées. »

Toutefois, CBC/Radio-Canada a appris que Silva Koshwal a pu rester au Canada même après avoir violé les conditions imposées par la commission.

Lourd dossier criminel

La semaine dernière, le corps de Nadine Skow, 38 ans, a été retrouvé dans son appartement du centre-ville d'Edmonton. Silva Koshwal, l'ancien petit ami de Mme Skow de qui elle était séparée depuis environ un an, est maintenant accusé de meurtre au deuxième degré et d'outrage à un cadavre dans cette affaire.

Des documents de la cour indiquent que Silva Koshwal avait plaidé coupable à une accusation d'agression sexuelle sur une femme en septembre 2006 et a été condamné à neuf mois de probation. En mars 2010, il a plaidé coupable après avoir été accusé d'avoir agressé une autre femme et condamné à 70 jours de prison. Sept mois plus tard, il a été condamné à 30 jours de prison pour ne pas avoir fourni un échantillon d'ADN.

Une source qui connaît bien le dossier d'immigration de Silva Koshwal affirme qu'il est venu au Canada du Soudan après avoir été parrainé par des membres de sa famille.

En 2011, une suspension de l'ordre de renvoi dont il faisait l'objet a été accordée en raison du fort soutien de sa famille et de sa communauté ainsi que de son historique d'emploi stable.

Selon la source qui a une bonne connaissance du dossier, la suspension a par la suite été prolongée en 2014 parce qu'il n'avait pas demandé un passeport soudanais, violant ainsi une condition établie par son comité d'appel. Il n'avait également pas respecté la condition de s'inscrire à des cours d'anglais langue seconde. Ces violations des conditions de séjour ont été jugées mineures et la suspension a été prolongée jusqu'en 2016 pour lui donner la chance de satisfaire aux conditions.

Silva Koshwal doit revenir en cour le mois prochain pour faire face aux accusations portées contre lui en lien avec le meurtre de Nadine Skow.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Alberta

Justice et faits divers