•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un poisson rare aperçu dans le Saint-Laurent

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Un poisson-lune, aussi appelé Môle.

Un poisson-lune, aussi appelé Môle.

Photo : iStock / iStock

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Une équipe de scientifiques est tombée sur une rare espèce de poisson lors de sa dernière mission sur le Saint-Laurent. Il s'agit d'une môle, plus communément appelée poisson-lune, que l'on retrouve surtout dans les eaux chaudes du sud.

Le visiteur inattendu a surpris l'équipage du voilier RoterSand, qui était en mission sur le St-Laurent.

« De loin, on voyait qu'il y avait une nageoire qui sortait de l'eau, ce n'était clairement pas un mammifère marin, puis là on est en train de manoeuvrer pour approcher, c'est un poisson-lune », raconte Lyne Morissette, chef de mission. « Les poissons-lunes, ce ne sont pas des animaux qui sont super agiles, rapides, donc on est capable de manoeuvrer et de vraiment bien le voir dans l'eau, puis c'est un gros poisson-lune, c'est impressionnant de voir la taille de l'animal. C'est plus qu'un mètre. »

L'équipage du RoterSand en a profité pour prendre en photo le visiteur inattendu.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'équipage du RoterSand en a profité pour prendre en photo le visiteur inattendu.

Photo : ICI Radio-Canada

Il s'agit du plus lourd des poissons osseux de la planète, pouvant atteindre 1000 kilogrammes en plus de mesurer deux mètres de long en moyenne. 

On en voit de plus en plus au large de la Gaspésie, mais c'est très rare comme observation quand même.

Lyne Morissette, chercheuse en écologie des systèmes sur le Saint-Laurent

« C'est plus difficile à voir qu'une baleine, c'est moins gros, c'est un hasard de croiser sa route, on ne voit pas ça de très loin », dit-elle. « On ne voit pas de souffle, etc. Donc c'est vraiment une chance qu'on a. »

Le poisson-lune se retrouve dans les eaux tropicales et tempérées tout autour du monde, il se déplace pour se nourrir principalement de méduses.

D'après les informations de Bruno Lelièvre

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !