•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Barbelé pour arrêter les migrants : l'attitude de la Hongrie « scandaleuse », dit Fabius

Pour endiguer l’afflux de migrants, la Hongrie a érigé une clôture de barbelés à sa frontière avec la Serbie.

Pour endiguer l’afflux de migrants, la Hongrie a érigé une clôture de barbelés à sa frontière avec la Serbie.

Photo : Getty Images / Getty Images/Matt Cardy

Reuters
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le chef de la diplomatie française a jugé dimanche « scandaleuse » la décision de pays de l'est de l'Europe, particulièrement la Hongrie, de faire obstacle à l'accueil des demandeurs d'asile.

Les autorités hongroises ont entrepris d'ériger une clôture de barbelés le long de leur frontière avec la Serbie pour stopper le flux de migrants sur leur territoire.

« Par rapport à tous ces gens qui sont pourchassés politiquement, il faut pouvoir les accueillir, il faut y répondre et que chaque pays y réponde », a déclaré Laurent Fabius à la radio Europe 1.

« La France, l'Allemagne en fait partie, et les autres aussi, et quand je vois certains pays d'Europe qui n'acceptent pas ces contingents (de répartition des migrants-NDLR), je trouve ça scandaleux », a-t-il souligné.

Les Hongrois « sont extrêmement sévères », a-t-il ainsi estimé. La Slovaquie et la Slovénie, notamment, rechignent également à appliquer les directives communautaires.

« La Hongrie fait partie de l'Europe, l'Europe a des valeurs, et on ne respecte pas ces valeurs en posant des grillages », a dit le ministre des Affaires étrangères.

À la question de savoir si Budapest devait démanteler sa clôture, Laurent Fabius a répondu : « Bien sûr ».

« Il faut que les autorités européennes aient une discussion sérieuse et même sévère avec les responsables » hongrois, a-t-il ajouté.

Les ministres français, allemand et britannique de l'Intérieur ont demandé à la présidence luxembourgeoise de l'Union européenne d'organiser un conseil Justice et Affaires dans les deux prochaines semaines, avant la réunion programmée du 8 octobre.

Bernard Cazeneuve, Thomas de Maizière et Theresa May se sont entretenus samedi de la crise des migrants en marge de la réunion de Paris sur la sécurité des transports ferroviaires.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !