•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Camion de migrants en Autriche : quatre suspects en détention

Un des quatre homme arrêtés en lien avec le transport de migrants retrouvés morts dans un camion en Autriche arrive au tribunal de la ville de Kecskemet, en Hongrie, le 29 août.

Un des quatre homme arrêtés en lien avec le transport de migrants retrouvés morts dans un camion en Autriche arrive au tribunal de la ville de Kecskemet, en Hongrie, le 29 août.

Photo : La Presse canadienne / AP/Bela Szandelszky

Reuters
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La justice hongroise a placé en détention trois Bulgares et un Afghan soupçonnés d'avoir transporté 71 réfugiés retrouvés morts dans un poids lourd stationné sur une autoroute autrichienne, ont annoncé samedi les autorités.

La découverte des corps des victimes a provoqué une vive émotion et rappelé les risques que prennent les centaines de milliers de migrants qui fuient leur pays pour s'installer en Europe.

Menottés, les suspects ont été conduits par la police dans l'enceinte d'un tribunal de Kecskemet, dans le centre de la Hongrie, où on leur a signifié leur placement en détention pour un mois.

« Le poids lourd est parti de Kecskemet, a fait embarquer les migrants près de la frontière du sud [avec la Serbie], avant de leur faire traverser la Hongrie vers l'Autriche », a dit un porte-parole du parquet, Gabor Schmidt.

Les quatre hommes pourraient devoir répondre de trafic d'êtres humains et ils encourent une peine de 16 ans de prison, a-t-il dit. Ils ne seront toutefois pas poursuivis pour meurtre, car c'est un chef d'accusation dont ils auront à répondre en Autriche, a-t-il ajouté.

Leur mise en détention pour une durée d'un mois peut être prolongée indéfiniment.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !