•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le vrombissement de Windsor pourrait être transformé en musique

Brian Garbet, étudiant au doctorat à l'Université de Calgary, tente d'enregistrer le vrombissement de Windsor pour l'intégrer à un morceau musical

Photo : Andréanne Baribeau

Radio-Canada

Un étudiant au doctorat cherche à transformer le fameux vrombissement de Windsor en chef-d'oeuvre musical.

Un texte d’Andréanne BaribeauTwitterCourriel

Brian Garbet, étudiant à l'Université de Calgary en composition musicale, en a fait sa thèse de doctorat. Il tente d'enregistrer le bruit mystérieux qui fascine et dérange de nombreux résidents de Windsor. Son but est d'incorporer le son à une pièce musicale avec clarinette.

Le vrombissement provient de l'île de Zug, une zone industrielle près de la rivière Rouge, au Michigan.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le vrombissement provient de l'île Zug, une zone industrielle près de River Rouge au Michigan.

Photo : Andréanne Baribeau

Des résidents dans l'ouest et le sud de la ville ont commencé à se plaindre d'un vrombissement il y a environ quatre ans. Certains le décrivent comme étant similaires au son d'une locomotive ou encore d'un réfrigérateur, causant de l'insomnie et des maux de tête chez certains.

L'an dernier, des chercheurs universitaires, financés par le gouvernement fédéral, ont confirmé que la source du vrombissement provenait de l'île de Zug, une zone industrielle près de la rivière Rouge, au Michigan.

Brian Garbet, qui a suivi le dossier dans les médias, a décidé d'en faire un projet musical. Il explique qu'il a l'habitude de travailler avec des bruits de la vie de tous les jours. Parmi ses projets passés, il a notamment composé une pièce qui traite du thème de la restauration rapide, dans laquelle il a incorporé des sons de restaurants.

Le défi ici est de capter le vrombissement

Brian Garbet, étudiant, Université de Calgary
Brian Garbet croit avoir réussi à l'enregistrer à l'aide d'un hydrophone qu'il a plongé dans la rivière Détroit.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Brian Garbet croit avoir réussi à l'enregistrer à l'aide d'un hydrophone qu'il a plongé dans la rivière Détroit.

Photo : Andréanne Baribeau

Il croit avoir réussi à l'enregistrer l'an dernier à l'aide d'un hydrophone qu'il a plongé dans la rivière Détroit. Il prévoit consulter des experts pour mieux identifier le son.

Brian Garbet est de retour à Windsor cette semaine pour interviewer des résidents qui ont eux aussi entendu le vrombissement. Il compte faire d'autres enregistrements de bruits ambiants pour tenter d'illustrer la dichotomie qui existe à Windsor entre la nature et la forte présence d'industries.

Il y a beaucoup de sons à Windsor, des sons de la nature, mais aussi des sons industriels.

Brian Garbet, étudiant, Université de Calgary

Brian Garbet espère terminer son projet d'ici un an et aimerait présenter sa composition musicale en première à Windsor.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ontario

Société