•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fichage : consultations houleuses à Brampton

Un policier

Photo : CBC

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Nombre de résidents ont démontré leur frustration au sujet du fichage lors de consultations provinciales hier soir à Brampton, remettant en question la volonté de changement du gouvernement.

Des résidents de Brampton discutent avec leur chef de police adjoint.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des résidents de Brampton discutent avec leur chef de police adjoint.

Photo : CBC

Selon cette tactique policière dénoncée par nombre de leaders noirs et même le maire de Toronto, un agent peut contrôler l'identité d'un passant dans la rue et le questionner, sans que cette personne ne soit soupçonnée de quoi que ce soit.

Le ministre de la Sécurité publique, Yasir Naqvi, rencontrait les résidents de Brampton hier soir dans le cadre de son engagement d'élaborer des règles pour mieux encadrer la pratique.

Toutefois, plusieurs ont mis en doute sa promesse de changement, ajoutant que les policiers les ciblaient à cause de la couleur de leur peau.

C'est juste en surface [le processus de consultation], pour montrer qu'on fait quelque chose. Mais rien ne va véritablement changer.

Une citation de :Shav Granville, résident

De son côté, le chef de police adjoint de Brampton, Christopher McCord, tout comme le chef de police torontois, défend le fichage, affirmant que cette tactique aide ses agents à recueillir des informations pour leurs enquêtes et « qu'aucun groupe racial n'est ciblé ».

En revanche, la mère de famille Patti Ann Trainor a raconté, hier soir, que sa fille de 23 ans avait été questionnée par la police pendant 40 minutes récemment, pour la seule et unique raison, selon elle, qu'elle est noire. « Elle était bouleversée, dit-elle. Elle est pourtant un leader communautaire. »

Le député provincial de Brampton, le néo-démocrate Jagmeet Singh, trouve lui aussi que ces consultations sont bidon.« [Le gouvernement] aurait pu mettre fin au fichage et au profilage racial et abolir cette pratique qui fait du mal aux gens », dit-il.

D'autres consultations provinciales sont prévues à Thunder Bay et à London la semaine prochaine, puis à Toronto, le 1er septembre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ontario