•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fermer l'urgence de Grand-Sault la nuit coûterait des vies, disent les médecins

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Le Dr Pierre Mayrand, porte-parole des médecins de l'Hôpital de Grand-Sault.

« On sauve des vies à l'Hôpital de Grand-Sault la nuit », soutient le Dr Pierre Mayrand, porte-parole des médecins de l'hôpital.

Photo : ICI Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les médecins de l'Hôpital de Grand-Sault affirment que si leur urgence est fermée la nuit, des vies seront perdues.

Un texte d' Annick R. Forest TwitterCourriel

Dans le cadre d'un point de presse mardi, les médecins ont présenté les conclusions qu'ils ont tirées après avoir révisé les statistiques des visites aux urgences de l'Hôpital de Grand-Sault entre minuit et 8 h au cours des 12 derniers mois.

Les médecins ont calculé le nombre de patients arrivés au service des urgences de l'hôpital avec une condition médicale nécessitant une intervention médicale d'une infirmière et d'un médecin en moins de 15 minutes pour sauver leur vie.

Depuis 12 mois, c'est 122 personnes qui sont entrées à l'urgence de Grand-Sault durant la nuit qu'on a sauvé la vie ou potentiellement sauvé la vie.

Dr Pierre Mayrand, porte-parole, médecins de l'Hôpital de Grand-Sault

« C'est certain qu'on ne les a pas tous sauvés, mais ces 122 personnes là, s'il n'y a pas de services d'urgence à Grand-Sault, elles sont décédées, elles sont mortes, elles ont zéro chance de survivre. »

En juin, le président-directeur général par intérim du Réseau de santé Vitalité Jean Castonguay a évoqué la possibilité de ne plus offrir de service d'urgence la nuit à compter de septembre dans cet hôpital. Quelques jours plus tard, le ministre de la Santé Victor Boudreau assurait qu'aucune décision n'avait encore été prise.

Un premier ministre averti en vaut deux

Le service des urgences de l'Hôpital de Grand-Sault.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le service des urgences de l'Hôpital de Grand-Sault a accueilli 122 patients qui avaient besoin de soins immédiats pour sauver leur vie la nuit au cours des 12 derniers mois.

Photo : ICI Radio-Canada

Ces statistiques, les médecins voulaient les partager avec les citoyens de la région, mais surtout avec le ministre de la Santé ainsi qu'avec le premier ministre Brian Gallant.

« Qu'ils ne pourront pas dire après les faits qu'ils n'ont pas été avertis et qu'il ne savait pas qu'il y a potentiellement un risque pour la vie des gens ici, déclaré le Dr Mayrand. Et on sauve des vies à l'urgence de Grand-Sault durant la nuit. »

La valeur d'une vie

Les médecins de l'hôpital remettent également en question les économies que veut faire la province en fermant l'urgence la nuit.

« On a parlé de 900 000 $ donc 900 000 d'économie dans un an, souligne le Dr Maynard. On calcule ici qu'on couvre une population de 18 300 personnes si on inclut Plaster Rock. Ça équivaut à 48 $ par personne par année. Ça équivaut à 7300 $ par personne qu'on a sauvé la vie à l'urgence de Grand-Sault. »

Je ne sais pas si le ministre Victor Boudreau est prêt à nous dire que la vie des gens de la région de Grand-Sault ne vaut pas 48 $ par année.

Dr Pierre Maynard, porte-parole, médecins de l'Hôpital de Grand-Sault

« C'est un fait qui est aberrant, c'est incroyable même qu'on pense de fermer notre urgence, c'est incroyable! », conclut-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Acadie