•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Extrait de Deux mille neuf cent vingt-deux, un récit inédit de Blandine Milette

L'auteure Blandine Milette

L'auteure Blandine Milette

Photo : Claire Bottalico

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

D'origine française, Blandine Milette a grandi à Montréal et dans le sud de la France. Elle fait partie des 30 auteurs en lice pour le Prix du récit Radio-Canada 2015. 

Son récit Deux mille neuf cent vingt-deux est l'hommage d'une enfant devenue adulte à sa mère qui a élevé ses enfants seule. Cette histoire vécue inédite a été sélectionnée parmi plus de 600 textes soumis au concours cette année. En voici les premières lignes :


Voyelle...

A.

Sur la porte elle ne pouvait pas scotcher de feuille « DÉFENSE D'ENTRER »; « ENTRÉE DÉFENDUE AUX GARÇONS » ou encore « ENTRÉE DÉFENDUE AUX MOINS DE 8 ANS ».

Moi, si; et lui aussi. Il était encore trop jeune et ne savait pas écrire, mais il aurait pu afficher de telles directives à l'entrée de sa chambre. Moi je donnais simplement l'ordre de frapper avant d'entrer; premièrement parce que je ne voyais pas l'intérêt d'interdire complètement l'accès à ma chambre; deuxièmement parce que je n'avais pas encore développé cette mignonne répulsion, caractéristique de l'enfance, qu'ont les filles envers les garçons, et les garçons envers les filles; troisièmement parce que mon besoin d'intimité et ma bulle sont survenus dès mon plus jeune âge, et je tenais à ce que l'on respectât ces deux particularités.

« La formule "Fraper avan d'entré", concise, claire, efficace, me semblait ainsi être la meilleure qui soit pour illustrer mon propos. »

Consonne...

C.

Sur sa table de chevet elle ne pouvait pas organiser sa petite vie du soir et de la nuit; ses lectures en cours et son réveille-matin devaient se trouver un autre endroit, tout comme sa boîte de mouchoirs, sa crème pour les mains, ses épingles à cheveux, ses petites boules en cire pour les oreilles, les millions de devoirs qu'elle corrigeait quotidiennement et son stylo rouge à encre – elle ne corrige jamais avec un stylo bille –; elle n'avait pas de table de chevet.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !