•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Relations Iran-Canada : Des Irano-Canadiens déçus

Des centaines d'Irano-canadiens assistent au Festival Tirgan de Toronto

Des centaines d'Irano-canadiens assistent au Festival Tirgan de Toronto

Photo : Stéphane Blais, ICI Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Après des années de tensions diplomatiques, plusieurs pays occidentaux ont récemment tenté un rapprochement avec l'Iran dans la foulée de l'accord sur le nucléaire iranien.

L'ambassade du Royaume-Uni à Téhéran doit rouvrir ses portes aujourd'hui, une première en quatre ans. Il y a deux semaines, un ministre des affaires étrangères français visitait pour la première fois Téhéran depuis 2003.

Pendant ce temps, les relations entre Ottawa et Téhéran demeurent tendues, une situation que dénoncent plusieurs Iraniens installés à Toronto, qui souhaitent que les relations entre les deux pays deviennent un enjeu électoral.

Le président du Festival iranien Tirgan de Toronto, Mehrdad Ariannejad, déplore l'attitude du Canada envers son pays d'origine et souhaite que ce soit un enjeu électoral.

« Malheureusement, le gouvernement canadien a suspendu ses relations diplomatiques avec l'Iran en 2012, ce qui isole davantage la population iranienne. Il est temps de rouvrir l'ambassade à Téhéran. »

— Une citation de  Le président du Festival iranien Tirgan de Toronto, Mehrdad Ariannejad

La chanteuse iranienne Darya Dadvar, en spectacle à Toronto ce weekend, dénonce aussi les relations tendues entre son pays d'origine et l'Occident. 

« De fermer les portes, ça n'apporte jamais rien. De toute façon, l'Iran et le Canada, les États-Unis, l'Angleterre et la France sont liés, depuis des années. Le Canada ne peut pas rester sur cette position.  »

— Une citation de  La chanteuse iranienne Darya Dadvar

D'autres jugent que ce ne sont pas seulement les citoyens qui souffrent du gel des relations entre Ottawa et Téhéran.

« Les relations commerciales aussi pourraient être importantes entre les deux pays, et si le Canada manque un peu le bateau, ce sont les autres pays qui vont combler ce besoin-là. »

— Une citation de  Une citoyenne irano-canadienne

Mais pour Shapour Torkan, qui fait partie d'une minorité religieuse souvent discriminée en Iran, la position du Canada est la bonne.

« Tant qu'il n'y a pas d'amélioration de la situation des droits de la personne en Iran, il n'y a pas de raison de tendre la main. »

— Une citation de  Shapour Torkan, irano-canadien

Il y a près de 165 000 Iraniens d'origines au Canada, Toronto est la ville qui en compte le plus.

D'après un reportage de Stéphane Blais.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ontario