•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un syndicat pour les mendiants

Vaughn Caldwell

Vaughn Caldwell et son chien Lucky, qui est la mascotte du syndicat.

Photo : Andréanne Baribeau

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les gens de la rue à Windsor, en Ontario, peuvent désormais adhérer à un nouveau syndicat. Le Street Labourers of Windsor a été créé pour représenter les mendiants, les amuseurs publics et toute autre personne qui mène sa vie dans les rues de la ville.

Un texte d’Andréanne BaribeauTwitterCourriel

L'idée est née quand Richard Dalkeith en a eu assez d'être malmené quand il quêtait au centre-ville de Windsor.

« Les gens me traitaient de ''bum'' et me disaient de me trouver un emploi. Certains refusaient de me donner de l'argent, car ils pensaient qu'il serait mal dépensé. J'en ai eu assez! »

— Une citation de  Richard Dalkeith, fondateur du Street Labourers of Windsor

Une mise au monde réfléchie

Andrew Nellis et Richard DalkeithAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Andrew Nellis et Richard Dalkeith

Photo : Andréanne Baribeau

Après deux ans d'organisation en coulisses, le Street Labourers of Windsor est officiellement lancé, non sans l'aide d'Andrew Nellis, qui a longtemps été la voix du Syndicat des clochards d'Ottawa. Selon lui, un syndicat ne se limite pas à demander des hausses salariales ou à négocier des conventions collectives : « C'est avant tout une entité qui offre solidarité et protection à ses membres. C'est exactement ce qu'on fait, et ça inclut de s'attaquer aux préjugés. »

Le syndicat, qui est une section des du Syndicat industriel des travailleurs et travailleuses, compte actuellement une dizaine de membres, mais il est en mode recrutement. Il tient des rencontres mensuelles et élabore un code de conduite pour ses membres. Mais cette idée ne plaît pas à Frode Nilsen, qui joue régulièrement de la guitare au centre-ville.

« J'aime faire ce qu'il me plaît. Je ne sais pas si je veux faire partie d'un club organisé. »

— Une citation de  Frode Nilsen
L'installation de cette clôture décorative au centre-ville déplaît au syndicat, qui y voit une façon d'empêcher les mendiants de s'asseoir. Photo : R-C/Andréanne Baribeau

Pour sa part, le conseiller municipal Rino Bortolin voit le syndicat d'un bon œil : « Ils pourront avoir une place à la table de discussion. Et si on a un problème, il y a maintenant un organisme auquel on peut s'adresser. »

Le maire de Windsor, Drew Dilkens, considère quant à lui le syndicat comme un groupe informel. Il se dit ouvert à l'idée, pourvu que le groupe prône un centre-ville invitant et sécuritaire.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ontario