•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les athlètes avec prothèse désormais interdits aux mondiaux d'athlétisme

Oscar Pistorius

Oscar Pistorius.

Photo : AFP / ERIC LALMAND

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La Fédération internationale d'athlétisme (IAAF) a décidé d'interdire la participation des athlètes avec prothèse aux Championnats du monde.

La décision prendra effet en novembre 2015.

« C'est une règle technique de compétition, le chapitre 5, qui a été approuvée, a indiqué le secrétaire général sortant de l'IAAF, Essar Gabriel. De fait, on espère que les personnes avec prothèse participeront à leurs propres compétitions. »

Rappelons que le Sud-africain Oscar Pistorius avait dû passer par le Tribunal arbitral du sport (TAS) pour participer aux Jeux de Londres. 

L'IAAF avait dans un premier temps refusé l'accès à Pistorius aux compétitions pour athlètes valides. Une étude menée en Allemagne avait conclu que l'athlète sud-africain, amputé des deux jambes sous les genoux à 11 mois, bénéficiait grâce à ses lames d'un avantage certain.

Pistorius avait fait effectuer d'autres mesures invalidant les conclusions de la première expertise, et le Tribunal arbitral du sport (TAS) l'avait autorisé à disputer les compétitions pour valides, dont les mondiaux et les Jeux olympiques.

Il avait remporté la médaille d'argent au relais 4 x 400 m avec son pays aux Championnats du monde de 2011 à Daegu, et il avait participé sans succès aux Jeux de Londres.

Pistorius a décroché six médailles d'or aux Jeux paralympiques, en 2004, 2008 et 2012.

La décision de l'IAAF pourrait toutefois faire face à des démarches rappelant celle de Pistorius, si des athlètes avec prothèse décidaient malgré tout de porter leur action devant le TAS.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !