•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mathieu Francoeur : l'art de la Rémission

Une des oeuvres de Mathieu Francoeur

Les oeuvres de la dernière exposition de Mathieu Francoeur ont été créées à partir de vieilles étagères rouillées.

Photo : ICI Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Mathieu Francoeur célèbre une nouvelle vie en tant qu'artiste après un déménagement vers Calgary coupé court par un cancer des testicules qui l'a obligé à revenir au bercail à Moncton pour entamer des traitements.

Un épisode de sa vie parfois écrasante, se rappelle le peintre.

Être rempli d'émotions, la famille : ça marque. Ce fut vraiment un coup dur et un dur réveil. J'ai 28 ans, on ne s'attend pas à ça quand on est jeune. On tient notre santé pour acquise.

Mathieu Francoeur, artiste

Diplômé de l'Université de Moncton en arts visuels, Mathieu Francoeur a repris ses pinceaux afin de tenir le coup.

J'avais besoin de m'échapper, de ne pas être obligé d'avoir l'air courageux pour les autres. Je pouvais prendre mon pinceau et créer.

Mathieu Francoeur, artiste

Quand la maladie mène à l'art

Mathieu Francoeur avait quitté Moncton afin de devenir chaudronnier à Calgary. Sa maladie l'a obligé à remettre le cap sur son art.

Mathieu FrancoeurAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Mathieu Francoeur a appris la nouvelle de sa rémission le jour du vernissage de sa première exposition.

Photo : ICI Radio-Canada

« Il y avait aussi un élément de panique, car j'ai réalisé que je ne pourrais pas travailler de l'été, que les factures s'accumulaient, que je venais de payer pour des billets d'avion et que je venais de changer le cours de ma vie », ajoute-t-il. « Je me suis dit : "je pourrais tenter de créer des peintures et les vendre". J'ai trouvé le tout très très thérapeutique. »

Les oeuvres qu'il a créées alors qu'il luttait contre le cancer ont été présentées dans une exposition à guichet fermé au Centre culturel Aberdeen l'an dernier. Il a appris le jour du vernissage qu'il était en rémission.

C'était une bonne échappatoire, une bonne façon de créer de la beauté à partir de quelque chose de difficile à vivre.

Mathieu Francoeur, artiste

L'art de la rémission

Une oeuvre de Mathieu FrancoeurAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Une des oeuvres de l'exposition Rémission présenté jusqu'à la mi-septembre au Centre culturel Aberdeen.

Photo : ICI Radio-Canada

L'artiste travaille désormais avec des matériaux recyclés. « Plutôt que des toiles, j'ai des étagères que j'ai trouvées à l'hôpital quand j'y suivais mes traitements, dit-il. Elles étaient vieilles et rouillées et je me sentais vieux et rouillé l'été dernier. »

Sa nouvelle exposition intitulée Remission est en montre jusqu'à la mi-septembre au Centre culturel Aberdeen.

Mathieu Francoeur quittera à nouveau Moncton à la fin de la semaine pour devenir artiste en résidence au centre des arts de Banff.

Ses oeuvres doivent bientôt faire l'objet d'expositions dans les écoles secondaires francophones de Saint-Jean, de Fredericton et de Miramichi.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Acadie