•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les djihadistes du groupe EI ont décapité un archéologue syrien bien connu

Photo d'un défilé de djihadistes à Raqqa, en Syrie, envoyée aux médias en juin 2014 par l'État islamique

Photo d'un défilé de djihadistes à Raqqa, en Syrie, envoyée aux médias en juin 2014 par l'État islamique

Photo : CP/AP

Associated Press

Les djihadistes du groupe armé État islamique ont décapité un des archéologues syriens les plus connus avant de suspendre son corps à un mât dans la ville ancienne de Palmyre, ont indiqué mercredi les médias syriens et un groupe de militants.

On croyait tout d'abord que le corps avait été accroché à une des colonnes romaines de la ville, mais des témoins de l'exécution nient que cela se soit produit.

Le meurtre de l'homme de 81 ans, Khaled Al-Asaad, n'est que la plus récente atrocité attribuée aux djihadistes, qui se sont emparés de vastes territoires en Irak et en Syrie où ils ont instauré un califat islamique autoproclamé.

Le groupe armé État islamique s'est emparé de Palmyre en mai. On craint depuis ce moment que les djihadistes ne détruisent des ruines irremplaçables, comme ils l'ont fait ailleurs.

Palmyre est inscrite au Patrimoine mondial de l'UNESCO et compte parmi les sites archéologiques les plus spectaculaires du Moyen-Orient.

Des djihadistes du groupe armé État islamique détruisent des artéfacts du musée de Mossoul, en Irak.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des djihadistes du groupe armé État islamique détruisent des artéfacts du musée de Mossoul, en Irak.

Photo : Radio-Canada

L'agence de presse syrienne SANA et l'Observatoire syrien des droits de l.homme, à Londres, affirment que M. Al-Asaad a été décapité mardi sur une place publique à l'extérieur du musée de la ville. L'Observatoire dit que des dizaines de personnes ont assisté à l'exécution.

Un dissident syrien installé près de Palmyre, et qui prétend être le neveu que M. Al-Asaad, a dit que les djihadistes l'avaient arrêté il y a trois semaines, possiblement pour qu'il leur révèle où certains des trésors de la ville avaient été cachés pour les mettre hors de leur portée.

Il a été conduit à Palmyre mardi, où des dizaines de personnes s'étaient rassemblées. Un djihadiste a lu cinq « accusations » contre lui, notamment d'avoir été le « directeur d'idoles », de s'être rendu en Iran et d'avoir représenté la Syrie lors de conférences infidèles. Un militant a alors sorti un couteau.

Le corps de M. Al-Asaad a ensuite été transporté vers le site archéologique de Palmyre et suspendu à un mât.

M. Al-Asaad a été décrit comme un des pionniers de l'archéologie syrienne. Il a été responsable du site de Palmyre pendant 40 ans, jusqu'au moment de sa retraite, en 2003. Il a découvert plusieurs cimetières anciens, des caves et un cimetière byzantin dans un jardin du musée de Palmyre.

État islamique, le règne de la terreur

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

International