•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'avenir du bassin de la rivière Peel devant la Cour d'appel du Yukon

La rivière Peel au Yukon
Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le gouvernement du Yukon et une coalition formée de groupes environnementaux et de Premières nations du Yukon débattent devant la Cour d'appel de la capacité du gouvernement à avoir le dernier mot sur l'aménagement du territoire.

Le juge Ron Veale de la Cour suprême du Yukon.
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'avenir du plan de développement du bassin de la Peel est désormais entre les mains du juge Ron Veale de la Cour suprême du Yukon.

Photo : ICI Radio-Canada/Philippe Morin

L'appel, qui sera entendu jeudi et vendredi, intervient suite à la décision en décembre 2014 du juge Ron Veale de la Cour suprême du Yukon qui ordonnait le gouvernement territorial à reprendre les consultations publiques finales du processus d'aménagement du territoire du bassin versant de la rivière Peel.

En 2011, la Commission chargée de l'aménagement du territoire de ce bassin avait recommandé, après six années de travaux, la protection de 80 % du territoire. L'année suivante, le gouvernement territorial avait décidé de modifier ces recommandations pour ne protéger plutôt que 29 % de ce territoire. Les consultations publiques finales ont donc été conduites sur ce plan révisé.

Les Premières Nations Na-Cho Nyak Dun, Tr'ondek Hwech'in, la Société pour la nature et les parcs du Canada (SNAP) et la Yukon Consevation Society, ainsi que le conseil de bande Gwich'in du delta Mackenzie aux Territoires-du-Nord-Ouest qui s'est joint à l'appel, sont d'avis que le gouvernement territorial n'avait pas l'autorité de modifier ainsi le plan sans consultations. Le juge Ron Veale leur avait donné raison.

document déposé à la Cour d'appel du Yukon en date du 16 avril 2015
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le gouvernement du Yukon est d'avis que son plan révisé d'aménagement du bassin versant de la rivière Peel était conforme aux règles établies par les ententes territoriales.

Photo : ICI Radio-Canada

Qui détient le pouvoir ultime sur les terres?

Dans les documents déposés à la Cour d'appel, le gouvernement territorial soutient détenir le pouvoir de modifier un plan d'aménagement. Le territoire est d'avis que la décision de la Cour suprême met en péril toute décision dans l'avenir du gouvernement du Yukon, et ce dans tous les domaines.

L'avocat qui représente le gouvernement du Yukon, John Laskin, affirme que les consultations publiques menées remplissaient les obligations du gouvernement en vertu des ententes territoriales.

« Le point de vue du gouvernement est que le processus a été suivi et qu'ainsi le juge du procès a erré en infirmant le plan du gouvernement. »

— Une citation de  John Laskin, avocat du gouvernement territorial

L'avocat du conseil de bande Gwich'in, Jeff Langlois, ne remet pas en cause le pouvoir ultime du Yukon mais suggère que les règles sous les ententes territoriales du Yukon modifient le processus décisionnel.

« Vous ne pouvez vous asseoir, regarder le processus se dérouler et vous attendre, à la fin de la journée, à pouvoir réécrire le plan selon ce qui vous convient. »

— Une citation de  Jeff Langlois, avocat du conseil de bande Gwich'In

Le Bassin versant de la rivière Peel s'étend sur 68 000 kilomètres carrés, soit 14 % du territoire du Yukon. Six rivières alimentent le bassin hydrographique. La région est partagée parmi les terres ancestrales de quatre Premières Nations mais ne comprend que 3 % de terres octroyées par les ententes territoriales autochtones.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !