•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Environnement : Mulcair « manque de respect pour les provinces », dit Trudeau

Justin Trudeau, en entrevue à l'émission Le Matin du Nord.

Justin Trudeau, en entrevue à l'émission Le Matin du Nord.

Radio-Canada

L'engagement du Nouveau Parti démocratique de créer une bourse du carbone à l'échelle du pays pour combattre les changements climatiques traduit un « manque de respect pour les provinces », estime le chef du Parti libéral. Justin Trudeau a également profité de son passage à Sudbury pour promouvoir son engagement à investir 1,2 milliard de dollars dans les énergies vertes (Nouvelle fenêtre).

De passage mardi matin à l'émission Le Matin du Nord, diffusée sur les ondes de Radio-Canada, à Sudbury, M. Trudeau a soutenu que le plan de lutte contre les changements climatiques du Nouveau Parti démocratique va « bousiller le travail qui a été fait sur le terrain à travers le pays ».

Selon lui, « le manque de leadership de M. Harper » en matière de lutte contre les changements climatiques explique pourquoi quatre provinces représentant 86 % de l'économie canadienne ont adopté différents moyens pour mettre un prix sur le carbone.

« Pour l'Ontario et le Québec, c'est une bourse du carbone. En Alberta et en Colombie-Britannique, c'est une taxe carbone. Je respecte ça. C'est pour ça que je m'engage à travailler avec eux pour réduire les émissions d'une façon qui va fonctionner pour les économies locales », a-t-il dit.

Dans le même ordre d'idée, Justin Trudeau affirme qu'il compte se présenter à la conférence sur le climat de Paris, en décembre prochain, avec « le plus grand nombre de premiers ministres de provinces possible », un engagement annoncé en juin dernier à Vancouver.

Cela permettra, dit-il, de « présenter une vision d'ensemble » et d'envoyer le message « que le gouvernement du Canada est de retour à remplir ses engagements, à être respectueux de nos engagements et de nos responsabilités à l'échelle internationale ».

Lors d'une allocution devant la Chambre de commerce du Montréal métropolitain en juin dernier, Thomas Mulcair a effectivement confirmé que son parti avait « opté pour une bourse du carbone, une approche privilégiée par le Québec qui gagne de plus en plus d'appuis ».

Le chef du Nouveau Parti démocratique pourfend lui aussi l'approche du gouvernement Harper en matière d'environnement et répète régulièrement qu'il veut travailler avec le reste de la planète, et non contre lui.

Le chef conservateur Stephen Harper a pour sa part critiqué l'idée de mettre un prix sur le carbone en fin de semaine. Cette approche, a-t-il fait valoir, « se répercutera sur les prix des biens que les familles et la classe moyenne achètent tous les jours ».

Un plan de 1,2 milliard sur quatre ans pour les énergies vertes

Un peu plus tard en matinée, le chef libéral a réitéré qu'il s'engage à investir 1,2 milliard de dollars dans une stratégie d'investissement dans les énergies vertes. Cela est nécessaire, dit-il, « pour répondre aux besoins de l'économie du 21e siècle et créer les emplois de l'avenir ».

M. Harper nous a fait prendre énormément de retard par rapport aux autres pays en matière de technologies vertes et des emplois qui en découlent. Il n'a clairement pas encore compris que le développement économique et environnemental peuvent et doivent aller main dans la main.

Justin Trudeau, chef libéral

Justin Trudeau a souligné qu'un gouvernement qu'il dirigerait investirait :

  • 200 millions par année « dans des stratégies qui encouragent l'innovation et les technologies vertes dans certains secteurs clés, dont les mines, l'énergie, la foresterie, la pêche et l'agriculture »;
  • et 100 millions par année « dans des organisations qui soutiennent l'émergence d'entreprises spécialisées en énergie verte au Canada ».

« Un gouvernement libéral sera le partenaire des provinces et des territoires, ainsi que des universités et collèges pour établir tout un éventail d'outils pour les compagnies émergentes dans le domaine des technologies vertes, tant au niveau de la recherche, de la commercialisation de produits, que de la formation », a aussi promis le chef libéral.

Politique