•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’efficacité d’un médicament pour le virus Ebola est sous la loupe

Virus de l'Ebola

Virus de l'Ebola

Photo : Courtoisie de la Fédération mondiale des journalistes scientifiques

Radio-Canada

Les fabricants de ZMapp, un traitement expérimental mis au point au Manitoba pour soigner les personnes infectées par le virus Ebola, éprouvent des difficultés à vérifier son efficacité.

Le médicament en question est une perfusion qui consiste en trois anticorps monoclonaux, des protéines qui ciblent une partie précise d'un virus. Deux des anticorps ont été conçus dans le Laboratoire national de microbiologie de Winnipeg, et le dernier anticorps monoclonal a été mis au point par un laboratoire du gouvernement américain au Maryland.

Le traitement a été administré à plusieurs travailleurs de la santé infectés par le virus, dont le docteur américain Kent Brantley, lors de la récente épidémie d'Ebola en Afrique de l'Ouest en 2014.

« En l'espace de quelques minutes à peine, ça donnait des résultats », rapporte le docteur Brantley.

Dans les 15 minutes suivant le début de la perfusion de ZMapp, la fièvre de l'Américain a baissé et 90 minutes plus tard, le docteur a été capable de marcher sans assistance pour la première fois en 36 heures.

Seulement une douzaine de doses du traitement expérimental était disponible à l'époque de l'épidémie africaine. Elles ont été données à des travailleurs de la santé ayant contracté le virus dans les cliniques d'Ebola. Tous sauf un ont survécu à la fièvre hémorragique. Un missionnaire espagnol aîné est décédé avant de pouvoir suivre le traitement jusqu'au bout.

Des essais peu concluants

À la lumière de résultats aussi prometteurs, les chercheurs ont amorcé en hiver des essais cliniques afin de prouver que ZMapp était aussi efficace qu'il le semble.

Jusqu'à présent, presque 60 personnes se sont inscrites aux essais. Les patients infectés par le virus d'Ebola sont affectés d'une manière aléatoire à recevoir soit le traitement standard, soit le traitement standard ainsi que le ZMapp.

Le Comité de sécurité et de surveillance des données (CSSD) de l'étude note que les résultats ne démontrent toujours pas une efficacité statistiquement significative par rapport au traitement standard.

Le Dr Marie-Paule Kieny est Sous-Directeur général au sein de l'Organisation mondiale de la santé.

Le Dr Marie-Paule Kieny est Sous-Directeur général au sein de l'Organisation mondiale de la santé.

Photo : Organisation mondiale de la santé

Pourtant, les scientifiques soulignent que cela ne veut pas dire que le médicament est inefficace. L'étude d'un autre traitement pour soigner les personnes infectées par le virus, TKM-Ebola, a été annulée par le CSSD lorsque le comité a décidé que le médicament n'était pas assez prometteur.

« Le fait que les essais de ZMapp se poursuivent nous indique qu'il existe encore de l'espoir que ce produit sera efficace », explique la docteure Marie-Paule Kieny, personne-ressource de l'Organisation mondiale de la santé en ce qui concerne le virus d'Ebola.

Le CSSD fera une autre évaluation des données la semaine prochaine afin de voir si les essais cliniques de ZMapp continueront.

Il n'existe aucun remède actuellement contre l'Ebola, et aucun vaccin contre le virus Ebola n'a été approuvé officiellement.

Manitoba

Médecine