•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Retour du bison à Banff : deux Premières Nations se joignent à un traité « historique »

Chargement de l’image

Les deux premières nations albertaines se sont rassemblées jeudi dans le parc national Banff pour signer le traité du bison.

Photo : Evelyne Asselin/ICI Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les Premières Nations albertaines Stoney Nakoda et Samson Cree se sont jointes jeudi au traité du bison dans le parc national de Banff, un traité qui a d'abord été signé en septembre 2014 au Montana.

« Le traité a été signé sur la réserve Blackfeet et regroupait quatre Premières Nations américaines et quatre canadiennes, a affirmé Leroy Little Bear. Le traité est ouvert, d'autres nations peuvent le signer. »

Ce traité historique vise à reconnaître les relations d'interdépendance entre l'homme et le bison. Il porte sur la coopération, la restauration et le renouvellement de la culture entourant le bison.

« C'est très historique. Nous n'avons pas signé de traité entre nous depuis environ 150 ans. »

— Une citation de  Leroy Little Bear

En mars, le gouvernement fédéral avait annoncé que le projet de réintroduire l'animal dans le parc national de Banff allait finalement se concrétiser, après plusieurs années de discussions.

« Les Stoney et les Blackfoot n'ont pas travaillé ensemble depuis des centaines d'années; elles ne communiquent pas ensemble. Et aujourd'hui, c'est la première étape de collaboration dans un long moment historique de division. »

— Une citation de  Marie-Ève Marchand, coordonnatrice du retour du bison dans le parc national de Banff

Les premiers bisons à faire leur réintroduction dans le parc national de Banff devraient être transportés en janvier 2017.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !