•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La pollution tue plus de 4000 personnes par jour en Chine, selon une étude

En Chine, la pollution atmosphérique est pire pendant l'hiver en raison du chauffage au charbon et des conditions météorologiques qui gardent l'air pollué plus près du sol. (Pékin, 25 novembre 2014)

En Chine, la pollution atmosphérique est pire pendant l'hiver en raison du chauffage au charbon et des conditions météorologiques qui gardent l'air pollué plus près du sol. (Pékin, 25 novembre 2014)

Photo : AP Photo/Andy Wong

Associated Press

La pollution atmosphérique tue environ 4000 personnes par jour en Chine et est responsable d'un décès prématuré sur six au pays, selon une nouvelle étude publiée jeudi.

Des physiciens de l'Université de Californie à Berkeley concluent que quelque 1,6 million de Chinois meurent chaque année de problèmes de coeur, de poumons ou d'accidents vasculaires cérébraux causés par l'air extrêmement pollué du pays.

Des recherches réalisées il y a quelques années avaient déjà estimé le bilan des morts liés à la pollution à environ 1 à 2 millions de personnes par année dans le pays le plus populeux au monde. L'étude des scientifiques de l'Université de Californie est toutefois la première à prendre en compte les plus récentes données sur la qualité de l'air en Chine.

L'auteur principal de la recherche, Robert Rohde, a indiqué que 38 % de la population chinoise était exposée à une qualité de l'air jugée « malsaine » par l'Agence américaine de protection de l'environnement.

En Chine, la pollution atmosphérique est pire pendant l'hiver en raison du chauffage au charbon et des conditions météorologiques qui gardent l'air pollué plus près du sol, souligne Robert Rohde, qui ajoute que le charbon est la source de pollution la plus répandue au pays.

Comme la Chine commence à prendre des mesures pour limiter la pollution de l'air, par exemple en limitant l'utilisation du charbon, les émissions de dioxyde de carbone devraient diminuer, souligne Robert Rohde.

Les résultats de cette recherche sont publiés dans la revue scientifique PLOS One.

International