•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des acteurs clés de la campagne étaient au courant en 2013 du plan pour Duffy

Contre-interrogatoire corsé pour Nigel Wright
La Presse canadienne

Des membres haut placés de l'équipe de campagne du premier ministre Stephen Harper, y compris l'employé principal actuellement au bureau du premier ministre, étaient parmi ceux qui savaient en 2013 que le sénateur Mike Duffy n'avait pas remboursé ses allocations de dépenses contestées.

Mais ce cercle de conseillers clés est resté muet, même lorsque les ministres du cabinet ont déclaré à la Chambre des communes que Mike Duffy avait « fait preuve de leadership » et que le chef de cabinet Nigel Wright « était le seul qui était impliqué ».

Ray Novak, l'actuel chef de cabinet de Stephen Harper, s'était fait dire que son prédécesseur, Nigel Wright, se préparait à rembourser 90 000 $ au Sénat pour M. Duffy.

Parmi ceux qui sont près de Stephen Harper, M. Novak est celui qui est là depuis le plus longtemps et celui qui est le plus près de lui.

Ray Novak, l'actuel chef de cabinet de Stephen HarperRay Novak, l'actuel chef de cabinet de Stephen Harper Photo : PC / Adrian Wyld

« Je crois que son approche a fonctionné », a écrit M. Wright à M. Novak et à l'avocat du bureau du premier ministre, Benjamin Perrin, le 23 mars 2013, au sujet d'une conversation qu'il avait eue avec l'avocate de M. Duffy. « Je vais envoyer mon chèque lundi. »

Ce courriel a été déposé en preuve à la cour, jeudi, au second jour du témoignage de Nigel Wright au procès criminel de Mike Duffy. Le sénateur a plaidé non coupable à 31 chefs d'accusation pour fraude, corruption et abus de confiance.

L'avocat de M. Duffy, Donald Bayne, s'est lancé dans un examen méthodique des déclarations de Nigel Wright faites à la police, en plus des courriels qu'il a échangés avec son client et d'autres personnes au sein du bureau du premier ministre et au Sénat.

M. Bayne tente de démontrer que c'est M. Wright et son équipe - et non pas M. Duffy - qui avaient concocté le plan selon lequel le sénateur devait dire publiquement qu'il avait réclamé des allocations de logement par erreur pour sa maison de la région d'Ottawa.

L'avocat tente aussi d'établir que c'est M. Wright qui a poussé le sénateur Mike Duffy à dire publiquement qu'il avait remboursé ses dépenses.

Les courriels qui ont été déposés par M. Bayne contiennent beaucoup d'indications montrant à quel point un vaste cercle de conseillers était au courant du plan de remboursement des dépenses de M. Duffy.

Lors d'un arrêt de sa campagne électorale jeudi à Regina, Stephen Harper a maintenu qu'il était aussi préoccupé par l'utilisation des fonds publics.

M. Novak voyage actuellement aux côtés du premier ministre pour la campagne électorale. En soirée, le porte-parole du Parti conservateur, Kory Teneyke, a expliqué que M. Novak était mis en copie sur des centaines de courriels et qu'il ne les consultait pas tous, ajoutant que le cas Duffy n'avait jamais été un des dossiers de M. Novak.

Politique