•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le syndicat des postes livrera son message contre Harper

Stephen Harper lors de son arrivée à Edmonton, le 12 août.
Stephen Harper lors de son arrivée à Edmonton, mercredi. Photo: La Presse canadienne / Sean Kilpatrick
La Presse canadienne

Le président du Syndicat des travailleurs et travailleuses des postes ne souhaite pas encourager les Canadiens à voter pour l'un ou l'autre des partis fédéraux en vue des élections du 19 octobre - pourvu qu'ils ne donnent pas leur appui au Parti conservateur de Stephen Harper.

Mike Palecek a indiqué que ses membres comptaient suivre M. Harper à travers le pays pour s'impliquer dans les campagnes locales et rappeler aux Canadiens les compressions imposées à Postes Canada, qui ont mené à l'annonce de la fin de la livraison du courrier à domicile, l'année dernière.

La Société de la Couronne, qui dit devoir s'adapter à la nouvelle ère numérique engendrant une baisse du volume du courrier, économisera environ 500 millions de dollars en cessant la livraison à domicile.

M. Palecek a martelé que les coupes chez Postes Canada, qui pourraient entraîner une révision du régime de retraite des employés, étaient « complètement injustifiées » puisque la société « continue d'enregistrer des profits ».

Le Nouveau Parti démocratique (NPD) a promis d'annuler les compressions, alors que le Parti libéral du Canada (PLC) s'est engagé à imposer un moratoire en attendant de faire une étude approfondie sur l'avenir de la société.

Des travailleurs des postes en colère ont accueilli M. Harper à Edmonton, mercredi, dans le cadre d'une tournée du pays. L'événement a lieu quatre ans après un conflit important entre Postes Canada et ses employés qui avait mené à des grèves, un lock-out et, ultimement, une loi spéciale pour les forcer à retourner au travail.

Bien que les deux côtés en soient finalement arrivés à un accord en 2012, leurs désaccords sont maintenant rendus devant les tribunaux. Le Syndicat des travailleurs demande à la cour de déclarer que la fin de la livraison du courrier à domicile est inconstitutionnelle et discriminatoire en vertu de la Charte des droits. Leur cause sera entendue plus tard cet automne.

Les démêlés judiciaires et les négociations actuelles de la convention collective font de Postes Canada un enjeu électoral, selon M. Palecek. « À ce point-ci, nous demandons aux gens de voter pour la livraison du courrier à domicile [...] Je ne suis pas là pour dire à quelqu'un pour qui voter, mais je suis là pour vous dire que si Stephen Harper est réélu, vous n'aurez pas le même service public de postes que vous avez eu par le passé », a-t-il lancé.

Mercredi, à Edmonton, des dizaines de manifestants étaient rassemblés sur un trottoir près d'une usine d'équipement pétrolier où le chef conservateur est censé prononcer un discours en soirée.

Un porte-parole du Parti conservateur, Kory Teneycke, a minimisé l'importance de la manifestation, affirmant qu'elle représentait « la direction du syndicat et non les travailleurs ».

Politique