•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Trois chefs d'agression sexuelle en moins pour Julian Assange

Julian Assange

Julian Assange

Photo :  Reuters

Reuters

Le parquet suédois a annoncé jeudi avoir abandonné plusieurs enquêtes contre Julian Assange, car les faits d'agressions sexuelles dont est accusé le fondateur du site WikiLeaks, remontant à 2010, sont désormais prescrits.

Julian Assange, qui vit reclus depuis trois ans à l'ambassade d'Équateur à Londres par crainte d'être extradé vers la Suède, puis vers les États-Unis, reste toutefois sous le coup d'une enquête de la justice suédoise dans une affaire de viol.

L'Australien à l'origine de la publication de centaines de milliers de documents militaires et diplomatiques confidentiels nie les faits qui lui sont reprochés.

Dans trois dossiers, qui concernent des accusations d'agressions sexuelles et de coercition, les délais de prescription de cinq ans arrivent à expiration ce jeudi et mardi prochain.

« Dans la mesure où les délais de prescriptions sont passés pour certains crimes, je suis obligée de mettre fin aux enquêtes concernant ces crimes », a déclaré la procureure Marianne Ny dans un communiqué.

Dans l'affaire de viol encore en cours, la justice suédoise dispose de cinq années supplémentaires pour mener à bien son enquête, faute de quoi elle sera elle aussi classée.

Julian Assange dit redouter une extradition vers la Suède qui, selon lui, risquerait de le remettre à la justice des États-Unis, où il est poursuivi, cette fois pour ses activités à la tête de WikiLeaks.

« Je suis extrêmement déçu », a-t-il réagi par communiqué en apprenant qu'il était toujours visé par une enquête de la justice suédoise. « Je suis innocent », a-t-il également dit dans ce communiqué envoyé par courrier électronique.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

International