•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Jeux parapanam : accessibles pour les personnes handicapées?

Jeux parapanam : accessibles pour les personnes handicapées?

Les organisateurs de Toronto 2015 et même la première ministre de l'Ontario, Kathleen Wynne, se sont vantés à plusieurs reprises d'avoir organisé les compétitions les plus accessibles de l'histoire des Jeux parapanaméricains, mais est-ce vraiment le cas?

Nous avons demandé à Neil et Diane Mercer, deux personnes en fauteuil roulant, de tester les services accessibles offerts pour les Jeux parapanaméricains.

Un texte de Valérie OuelletTwitterCourriel

Bon point : transport d'autobus ponctuel et planifié par une tierce partie

Durant les Jeux, un centre d'appel permet aux spectateurs de réserver une place à bord d'un autobus, d'un train ou d'une navette adaptée partout dans le Grand Toronto pour se rendre sur l'un des 12 sites. Une telle collaboration entre les municipalités est une première pour Neil et Diane.

Pour se rendre au Centre sportif de Mississauga, Neil et Diane ont dû prendre deux autobus adaptés et changer de véhicule au Centre de santé Trillium, à Etobicoke. Ils étaient inquiets, mais le second autobus est arrivé après moins de 10 minutes d'attente. La famille de Neil vit à Georgetown, au nord de Mississauga. Il espère que le service va demeurer en place pour qu'il puisse les visiter plus souvent.

Nous n'avons jamais fait un transfert comme ça. Je trouve ça trop compliqué, d'essayer de jumeler deux trajets comme ça, par moi-même. Nous avons trop peur d'être abandonnés à mi-chemin du voyage.

Bon point : entrée sur le site facile et indications claires

L'autobus adapté a débarqué Neil et Diane directement devant l'entrée du centre sportif et ils ont passé le contrôle de sécurité sans attente ni problème.

Les billets sont un cadeau et on ne voit pas nos noms dessus. Nous étions certains qu'ils allaient nous arrêter et nous poser toutes sortes de questions, mais tout s'est passé sans problème.

En juillet, nous avons parlé à des personnes en béquilles ou en fauteuil roulant qui avaient dû attendre ou circuler de longues minutes parce qu'on interdisait l'entrée aux taxis et aux autobus sur le site, notamment au Parc panaméricain CIBC. D'autres personnes avaient aussi rapporté que les bénévoles avaient de la difficulté à trouver leur siège, comme Mary Penner, à qui nous avons parlé en juillet dernier

À améliorer : réserver sept jours à l'avance

Neil et Diane ont failli annuler leur sortie, faute d'un transport adapté à une heure convenable. Pendant la durée des Jeux, les spectateurs sont fortement encouragés à réserver leur voyage sept jours avant l'événement prévu, mais ils ont appelé la veille et ont dû parler à trois employés pour obtenir un passage vers 13 h 10, deux heures avant la partie. 

Nous avons appelé mardi pour réserver nos places et on nous a dit que le seul autobus disponible était à 11 heures. C'est ridicule, nous serions arrivés sur le site trois heures avant le début de la partie.

À améliorer : service dans le transport adapté

Un des chauffeurs de l'autobus adapté a eu de la difficulté à installer les sangles autour du fauteuil de Neil et n'écoutait pas ses conseils pour le faire, selon lui.

Il a même voulu toucher aux commandes de mon fauteuil à ma place à un moment, sans même me demander! Il ne m'écoutait pas, c'est inhumain d'être traité ainsi et malheureusement ça arrive plus souvent qu'on pense.

« Beaucoup de chemin à faire »

Les résultats du test de Neil et Diane sont encourageants, mais les Jeux parapanaméricains sont loin d'être accessibles sur toute la ligne, selon le porte-parole de l'Alliance pour la Loi sur l'accessibilité pour les personnes handicapées de l'Ontario, David Lepofsky.

Si ces deux personnes ont eu un trajet harmonieux, ça ne devrait pas être exceptionnel, juste aux Jeux parapanaméricains parce que le monde entier nous regarde [...] Il y a des gens qui doivent circuler entre Mississauga et Toronto tous les jours et croyez-moi ils n'ont pas tous une expérience positive. 

Le porte-parole de l'Alliance pour la Loi sur l'accessibilité pour les personnes handicapées de l'Ontario, David Lepofsky

Lepofsky, qui est aveugle, a assisté à plusieurs événements, dont la cérémonie d'ouverture et des compétitions de goalball et de tennis en chaise roulante.

Il croit que les transferts d'autobus centralisé sont un pas en avant et espère que le service va demeurer en place après les Jeux.

Il faut féliciter TO2015 pour ses bons coups, comme la description simultanée est une première historique, mais ils ont échoué sur d'autres aspects : leur site web n'est toujours pas accessible et le programme de la cérémonie d'ouverture n'est même pas disponible en braille.

Le porte-parole de l'Alliance pour la Loi sur l'accessibilité pour les personnes handicapées de l'Ontario, David Lepofsky

À son avis, si l'Ontario veut un réel legs des Jeux, l'accessibilité ne doit pas non plus se limiter aux centres sportifs et stades qui accueillent ces compétitions.

Ontario

Jeux parapanaméricains