•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Loi sur les Indiens jugée discriminatoire envers les femmes autochtones

Le reportage de Marie-Ève Cousineau
Radio-Canada

Dans un jugement rendu le 3 août dernier par la Cour supérieure du Québec, la juge Chantal Masse donne 18 mois au gouvernement fédéral pour corriger des dispositions jugées discriminatoires de la Loi sur les Indiens.

Le demandeur Stéphane Descheneaux a des enfants qui ne peuvent être inscrits au Registre des Indiens. Cette situation découle du fait que sa grand-mère avait perdu son statut d'Indienne parce qu'elle s'était mariée avec un non-Indien.

Elle avait marié un blanc dans les années 1950, et dans ce temps-là, la loi faisait que dès que tu mariais un Blanc, tu perdais tes droits.

Stéphane Descheneaux, demandeur

La situation pourrait changer : les communautés abénaquises d'Odanak et de Wôlinak ont remporté une bataille juridique contre le gouvernement fédéral.

La Cour supérieure juge qu'il s'agit d'une discrimination fondée sur le sexe puisqu'à l'époque, un Indien qui mariait une non-Indiennne ne perdait pas son statut.

Des dispositions « portent atteinte de manière injustifiée, dit la juge, à l'article 15 de la Charte canadienne des droits et libertés ».

Cette décision contribuera à assurer la survie de la communauté de Wôlinak, menacée par la loi actuelle selon le chef abénaquis de Wôlinak, Denis Landry.

Dans 50 ans notre membership statué devrait avoir été réduit de moitié, puis d'ici 100 ans, les Abénakis, c'est comme si on n'existait plus.

Denis Landry, chef abénaquis de Wôlinak

Ce n'est pas la première fois que le législateur demande à Ottawa de modifier la Loi sur les indiens. Elle a été amendée à deux reprises, en 1985 et en 2010.

Le gouvernement fédéral a 30 jours pour faire appel de la décision.

Mauricie et Centre du Québec

Société