•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Je mourais à l'intérieur » : des membres de la GRC révèlent leur détresse

Annabelle Dionne, gendarme avec la GRC, décrit son expérience avec le stress post-traumatique

Annabelle Dionne, gendarme avec la GRC, décrit son expérience avec le stress post-traumatique

Photo : Lori Wilson, Families for RCMP with PTSD Awareness

Radio-Canada

La Gendarmerie royale du Canada (GRC) a distribué à ses employés une vidéo dans laquelle neuf membres de la GRC dévoilent leur détresse et leur expérience du trouble de stress post-traumatique, une maladie mentale qui a contribué au suicide de trente premiers répondants canadiens cette année, selon l'association Tema Conter Memorial Trust.

Un texte de Sophie RousseauTwitterCourriel

Derrière la belle tunique rouge des gendarmes canadiens se cache parfois une vie en mille morceaux, au bord du suicide, aux prises avec le stress post-traumatique. C'est ce que révèlent les membres de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) dans une vidéo réalisée et mise en ligne par Lori Wilson, épouse d'un gendarme aux prises avec le stress post-traumatique.

« Je mourais à l'intérieur »

Dans la vidéo, intitulée You Are Not Alone (« Vous n'êtes pas seul »), les neuf membres, les uns en tunique, les autres en uniforme ou en civil, certains toujours en service, d'autres à la retraite, prennent chacun leur tour la parole, prononçant calmement des propos choquants de sincérité.

Annabelle Dionne, gendarme de carrière depuis huit ans, décrit sa détresse après le meurtre d'un collègue.

Je mourais à l'intérieur, je n'étais plus moi-même. Je m'isolais, et ça a aggravé mon stress post-traumatique.

Annabelle Dionne, gendarme à la GRC depuis huit ans

« J'étais toujours sur mes gardes, je sursautais, effrayé à chaque bruit un peu fort », raconte à son tour le gendarme Paul Glennie.

Voir la vidéo (en anglais) (Nouvelle fenêtre)

Briser l'isolement

La réalisatrice de la vidéo Lori Wilson avait mis sur pied il y a quelques années un site destiné à mieux faire connaître les risques et symptômes du trouble de stress post-traumatique au sein de la GRC, Families of RCMP for PTSD Awareness (Nouvelle fenêtre). Elle a réalisé cette vidéo en hommage au caporal manitobain Ken Barker, qui s'est enlevé la vie l'an dernier à la suite d'un stress post-traumatique.

Savoir qu'on n'est pas tout seul, ça brise l'isolement, et ça rend le fait d'en parler plus acceptable

Lori Wilson, épouse d'un gendarme souffrant d'ESPT, fondatrice du site Families of RCMP with PTSD
Annabelle Dionne, gendarme à la GRC , a souffert de stress post-traumatique

Annabelle Dionne, gendarme à la GRC , a souffert de stress post-traumatique

Photo : Lori Wilson, Families of RCMP for PTSD Awareness

Annabelle Dionne, qui a suivi un traitement au service fédéral des blessures de stress opérationnel, raconte dans la vidéo qu'elle a aussi trouvé du réconfort auprès de son chien de service, Oréo.

La GRC distribue la vidéo à ses membres

Le commissaire adjoint de la GRC, qui est aussi champion de la santé mentale au sein de la gendarmerie, a trouvé la vidéo excellente et a décidé de l'afficher sur le site officiel de la GRC.

Gilles Moreau rappelle que la GRC a lancé un plan stratégique d'action pour la santé mentale l'an dernier, et que des services psychologiques sont offerts aux employés en ayant besoin. Il reconnaît toutefois que le défi est de rejoindre les membres qui en ont besoin, de briser les préjugés entourant la maladie mentale.

On est des superhéros, on s'entraîne, on s'occupe beaucoup mieux des autres qu'on va s'occuper de nous-mêmes. Et trop souvent dans la culture policière on va regarder les gens qui ont des problèmes de santé mentale comme [étant] faibles [...] c'est important de briser ce stigma-là.

Gilles Moreau, Commissaire adjoint de la GRC, champion de la santé mentale à la GRC

Il ajoute que tous les membres de la GRC recevront une formation en santé mentale de quatre heures à propos du stress post-traumatique et d'autres troubles de la santé mentale.

Manque de formation en santé mentale

Lori Wilson, la réalisatrice de la vidéo, est enchantée de cette visibilité supplémentaire et dit avoir reçu de nombreux remerciements depuis la mise en ligne de la vidéo. « Les gendarmes travaillent intensivement pour que leur corps soit en forme et prêt à intervenir, mais par comparaison, il n'y a presque aucune formation en santé mentale. Ça devrait faire partie au quotidien de leur formation ».

L'association à but non lucratif de conscientisation aux blessures de stress opérationnel Tema Conter Memorial Trust (Nouvelle fenêtre) rapporte que 30 premiers répondants et 8 soldats se sont enlevé la vie depuis le début de l'année.

Selon une enquête interne de la GRC en 2014 (Nouvelle fenêtre), 38 % des membres en congé de maladie prolongé mettent en cause leur santé mentale, y compris le stress post-traumatique.

Colombie-Britannique et Yukon

Société