•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le 20 août 1970, deux tornades emportaient six personnes dans le Nord

Radio-Canada

Les tornades dans le nord de l'Ontario sont plutôt rares. Celles du 20 août 1970 ont cependant pris les Sudburois et les résidents de Field par surprise et la dévastation qu'elle a laissée derrière elle en a marqué plus d'un.

Un texte de Daniel Blanchette PelletierTwitterCourriel

Le 20 août 1970, une tornade de force F3 traversait le secteur Lively peu après 8 h. En 10 minutes seulement, elle a fait son chemin sur plus de 13 kilomètres de Copper Cliff, à Lively, en passant par Robinson.

C'est devenu noir dans le ciel. Il pleuvait. On savait que c'était une grosse tempête, mais si sérieuse, jamais!

Le député sortant de Nickel Belt, Claude Gravelle

Cinq personnes ont perdu la vie, 150 autres ont été blessées et plusieurs dizaines de domiciles et bâtiments ont été endommagés par les vents allant jusqu'à 320 km/h, notamment la fonderie de la minière Inco à Copper Cliff (devenue depuis Vale). Les dégâts s'étendaient même aux stations de pompage, privant d'eau potable les Sudburois.

C'était aussi bruyant qu'une explosion. Le plafond de ma chambre a été arraché. Le toit de notre maison était dans la cour des voisins, le leur dans la nôtre. Je suis depuis terrifiée par les tempêtes.

La Sudburoise Rosanna Marcil âgée de 12 ans à l'époque

Ce matin-là, Rosanna Marcil s'est fait réveiller par sa mère qui lui disait de descendre rapidement au sous-sol. « C'était comme un zigzag de destruction dans notre quartier, se rappelle-t-elle. Une maison sur deux était détruite.

Plusieurs quartiers ont aussi été inondés ou encore privés d'électricité. 

Les dégâts ont été évalués à 17 millions de dollars à l'époque (une facture qui s'élèverait à plus de 100 millions en dollars d'aujourd'hui). L'état d'urgence avait été déclaré, autant par les maires de Sudbury et Lively, Joe Fabbro et Len Turner à l'époque.

La trajectoire de la tornade de Sudbury

La trajectoire de la tornade de Sudbury

Photo : Environnement Canada

Extrait du journal interne Inco Triangle le mois suivant la tornade, 1970

Extrait du journal interne Inco Triangle le mois suivant la tornade, 1970

Photo : Inco

Les symboles de Sudbury « enracinés »

La supercheminée de la minière Inco était en construction lorsque la tempête a frappé. Sa structure a été légèrement endommagée. Les six personnes qui y travaillaient, et qui ont vu la tornade si près d'eux, ont démissionné le lendemain.

Serge Gaboury travaillait lui aussi sous la cheminée lorsque la tornade a frappé.

« J'étais très nerveux », confie-t-il.

Le témoignage de Serge Gaboury

Le Big Nickel a lui aussi tenu bon, malgré quelques dégâts mineurs. 

Les Sudburois n'ont reçu aucun avis de tornade. Ils ne s'attendaient qu'à des averses.

À l'époque, l'aéroport de Sudbury n'avait aucun appareil pour détecter ce genre de tempête. Les radars Doppler se sont ajoutés à l'équipe d'Environnement Canada dans les années 90. « Les temps ont changé, rapporte le météorologue Geoff Coulson. Nous avons maintenant la capacité de voir la rotation des gouttes de pluie et des flocons de neige dans un nuage. C'est un des signes qu'un orage peut former une tornade. »

Échelle de Fujita

F0 : dégâts légers causés par des vents de 60 à 120 km/h
F1 : dégâts modérés causés par des vents de 120 à 180 km/h
F2 : dégâts importants causés par des vents de 180 à 250 km/h
F3 : dégâts considérables causés par des vents de 250 à 330 km/h
F4 : dégâts dévastateurs causés par des vents de 330 à 420 km/h
F5 : dégâts incroyables causés par des vents de 420 à 510 km/h

La tornade de Sudbury est la huitième plus meurtrière du Canada. Elle avait été confirmée seulement deux ans plus tard, en 1972, par le Service canadien de l'environnement atmosphérique.

Une deuxième tornade à Field

La trajectoire de la tornade de Field

La trajectoire de la tornade de Field

Photo : Environnement Canada

Une heure après celle de Sudbury, la même tempête envoyait également une autre tornade de force F3 dans la région de Field, à environ 50 kilomètres à l'est de Sudbury.

Une usine et l'église locale ont été ravagées, faisant un mort (le sixième comptabilisé dans la tornade de Sudbury à l'époque) et une cinquantaine de blessés. « À l'origine, on croyait que la tornade à Sudbury et celle de Field était la même, raconte le météorologue Geoff Coulson. Une enquête plus approfondie a cependant déterminé qu'il y a eu deux trajectoires distinctes. »

« Le long de la route 17, il y avait beaucoup de dommages », se rappelle Claude Gravelle. 

L'intensité de la tempête a cependant constamment diminué plus elle progressait vers Ottawa. 

En collaboration avec Frédéric Projean et Hugo Duchaine

Ontario

Société