•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Possibles fragments de missile russe dans les débris du vol MH17

Des enquêteurs ukrainiens au site de l'écrasement de l'avion MH17.

Des enquêteurs ukrainiens au site de l'écrasement de l'avion MH17.

Photo : MAXIM ZMEYEV / Reuters

Reuters
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les procureurs néerlandais participant à l'enquête sur la destruction en vol d'un avion de la Malaysia Airlines en juillet 2014 au-dessus de l'est de l'Ukraine ont indiqué mardi que des débris retrouvés sur les lieux de la catastrophe appartenaient peut-être à un missile sol-air de conception russe.

Ces fragments, en possession du Bureau néerlandais de sécurité aérienne (OVV), pourraient provenir d'un missile Bouk, précisent les services des procureurs.

Le vol MH17 entre Amsterdam et Kuala Lumpur s'est écrasé le 17 juillet 2014 dans l'est de l'Ukraine. Ses 298 passagers et membres d'équipage ont tous péri.

Les Pays-Bas, dont étaient originaires les deux tiers des victimes, de même que le gouvernement de Kiev soupçonnent fortement les séparatistes prorusses d'avoir abattu le Boeing 777 avec un missile sol-air Bouk de fabrication russe. La Russie accuse l'armée ukrainienne d'avoir tiré le missile.

« L'équipe d'enquête commune travaille sur plusieurs pièces provenant peut-être d'un système de missile sol-air Bouk », indiquent les procureurs dans un communiqué.

« Ces pièces revêtent un intérêt particulier pour l'enquête criminelle puisqu'elles peuvent possiblement fournir davantage d'informations sur l'identité de ceux qui ont été impliqués dans l'écrasement du MH17 ».

Les procureurs néerlandais, qui dirigent l'enquête internationale, vont recruter des experts en armement pour lever les doutes.

Pas de tribunal de l'ONU

La Russie a opposé son veto, en juillet, à un projet de résolution du Conseil de sécurité des Nations unies prévoyant la constitution d'un tribunal international chargé de faire enquête sur la destruction en vol de l'avion de la Malaysia Airlines. La création de ce tribunal avait été proposée par la Malaisie, l'Australie, les Pays-Bas et l'Ukraine.

Le président Vladimir Poutine soutenait qu'une enquête internationale devait d'abord être terminée et que l'idée d'un tribunal international était « prématurée et contre-productive ».

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !