•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des cours de pilotage de drones bientôt obligatoires?

Une compagnie de Grand Forks en C.-B. lance des cours de pilotage de drone. Un drone vole pres de lignes à haute tension

Ernie Zeisman utilise les drone pour inspecter les lignes à hautes tension. Il lance des cours de pilotage de drone à Grand Forks, en C.-B.

Photo : Skydrone Uavs

Radio-Canada

Une école de pilotage de drones dans le sud de la Colombie-Britannique lance une série de cours à l'aéroport de Grand Forks au moment où Transport Canada songe à exiger un permis pour toute personne pilotant régulièrement un véhicule aérien sans équipage (UAV en anglais) de plus de 2 kg.

Un texte de Sophie RousseauTwitterCourriel

L'usage de véhicules aériens sans équipage, ou drones, a littéralement explosé partout au monde, mais particulièrement au Canada où, contrairement aux États-Unis, le vol de drones est librement autorisé tant qu'il s'agit d'usage récréatif et de petits aéronefs. Mais cela pourrait changer.

Pour l'instant, seuls les utilisateurs commerciaux sont obligés d'obtenir une permission de vol spéciale auprès des autorités. En 2014, le ministère en a délivré 1672. C'est presque cinq fois plus qu'en 2012. Les détenteurs de permissions doivent aussi respecter des règlements stricts qui ne sont pas toujours connus.

Il est par exemple interdit de faire voler un drone hors du champ de vision du pilote, à plus de 90 mètres d'altitude, au-dessus d'une foule, près de bâtiments, d'animaux, de lieux occupés par des secouristes ou intervenants d'urgence comme des pompiers, ou encore à moins de 9 km d'un aéroport.

Les restrictions pourraient se multiplier, puisque Transport Canada veut modifier la réglementation régissant les vols de véhicules aériens non habités de moins de 25 kg. Parmi les nouvelles règles proposées : une formation pratique et un permis de pilote obligatoires pour toute utilisation régulière ou complexe de drones, qu'elle soit récréative ou commerciale.

Des cours de pilotage comme ceux de M. Zeisman pourraient aussi devenir obligatoires à toute personne faisant voler un aéronef de plus de 2 kg.

D'où l'importance pour eux d'acquérir une formation, explique Ernie Zeisman, qui lance une école de pilotage de drone à l'aéroport de Grand Forks, dans le sud de la Colombie-Britannique. Il utilise lui-même les aéronefs téléguidés pour inspecter les lignes de haute tension de ses clients, comme SNC-Lavallin.

Les drones sont beaucoup moins chers qu'un hélicoptère, et plus sécuritaires, aucun pilote ne risque sa vie, dit-il.

Ernie Zeisman, propriétaire de Skydrone UAVS, à Grand Forks, en Colombie-Britannique

Incidents entre drones et autres véhicules aériens en hausse

Pourtant le nombre d'incidents potentiellement dangereux dus à la prolifération de drones a lui aussi augmenté. Le 3 août, une collision a été évitée de justesse entre un drone et un hydravion au port de Vancouver. L'incident fait l'objet d'une enquête, qui s'ajoute à cinquante autres enquêtes pour des incidents similaires menées par Transport Canada.

Le problème dit Ron Wyres, l'associé de M. Zeisman, c'est que ces véhicules sont accessibles à tous en magasin.

Ceux qui achètent et utilisent les drones, même à des fins commerciales, ne savent pas toujours qu'ils sont obligés d'acquérir une assurance, d'obtenir une permission de Transport Canada. Et puis ce qu'ils peuvent faire pour l'instant est très limité.

Ron Wyres, associé de Ernie Zeisman, Skydrone UAVS

Les utilisateurs de drones ont jusqu'au 28 août pour soumettre leurs commentaires sur les nouveaux règlements proposés par Transport Canada.

Avec des informations de Bob Keating

[[H1]] 

Colombie-Britannique et Yukon

Société