•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La naloxone, un antidote au fentanyl

Photo d'un kit de Naloxone.

En cas de surdose, le Naloxone est capable d'inverser les effets du Fentanyl pendant 30 à 90 minutes.

Photo : Towardstheheart.ca

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Alors que le nombre de surdoses au fentanyl augmente de façon inquiétante à Vancouver et dans sa région, les autorités sanitaires affirment qu'il existe un antidote efficace, la naloxone, capable d'inverser en quelques minutes les effets ravageurs du puissant opiacé.

Les équipes médicales d'urgence connaissent déjà bien la naloxone, également commercialisée sous le nom Narcan. « Elle est capable de rétablir une respiration normale et la conscience en trois à cinq minutes après avoir été injectée », explique la Dre Jane Buxton, porte-parole du Centre pour le contrôle et la prévention des maladies de la Colombie-Britannique. La clé est de pouvoir agir à temps, affirme-t-elle. L'antidote est efficace pendant 30 à 90 minutes.

Le fentanyl est 50 à 100 fois plus puissant que la morphine, et peut se trouver sous toutes les formes et dans toutes les drogues illégales. Depuis quelques semaines, une flambée de surdoses lui est attribuée dans la région du Grand Vancouver, dont 16 pour la seule journée de dimanche. En 2014, le fentanyl a été responsable du quart des surdoses liées à des drogues illicites en Colombie-Britannique.

De la naloxone en trousse, pour la maison

Depuis longtemps déjà les ambulanciers paramédicaux n'hésitent pas à administrer de la naloxone lors qu'ils sont appelés pour des cas de surdose présumée. Mais la Dre Jane Buxton ajoute que les Britanno-Colombiens, notamment les personnes dépendantes, peuvent aussi se procurer une trousse contenant de la naloxone à rapporter chez soi.

Au moins 250 surdoses ont pu être « inversées » dans la province depuis que ces trousses ont été mises sur le marché en 2012, affirme la Dre Buxton. Ce chiffre ne comptabilise que les cas officiellement rapportés aux autorités.

Les trousses sont disponibles sur ordonnance dans 88 points de vente (Nouvelle fenêtre) à travers la province. Il est possible de recevoir une formation avec un ou des proches pour savoir comment administrer l'injection. Les autorités sanitaires rappellent qu'une personne victime de surdose ne peut réaliser elle-même l'injection et encouragent les consommateurs de drogues à rester entourés.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !