•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Canada peut-il accueillir 10 000 réfugiés syriens et irakiens de plus?

Des réfugiés syriens è la frontière turque

Photo : ? Umit Bektas / Reuters

Radio-Canada

Le chef du Parti conservateur promet d'accueillir 10 000 réfugiés syriens en plus au pays d'ici quatre ans. Mais s'agit-il d'une promesse réaliste?

Un texte de Louis-Philippe OuimetTwitterCourriel

Dans les quatre prochaines années, nous accepterons 10 000 réfugiés d'Irak et de Syrie en plus.

Stephen Harper

Vérification faite : ce n'est pas si simple. Pour atteindre cet objectif, il faudra doubler le nombre des admissions effectuées depuis le début de l'année.

En janvier 2015, le ministre de la Citoyenneté et de l'Immigration du Canada s'était déjà engagé à accueillir 10 000 réfugiés syriens supplémentaires d'ici trois ans et 3000 réfugiés irakiens de plus d'ici la fin de l'année 2015.

L'annonce faite en pleine campagne électorale porte donc à 23 000 le nombre de réfugiés qui devraient venir de Syrie et d'Irak d'ici la fin 2018.

« En fait, le Canada a un des programmes les plus généreux dans le monde », a soutenu lundi le chef conservateur, Stephen Harper, en présentant sa promesse.

Moins de 1000 réfugiés reçus dans les 4 premiers mois de 2015

De janvier à avril 2014, le Canada a accueilli 924 réfugiés syriens et irakiens.

Il faudrait au moins doubler le nombre d'admissions pour atteindre l'objectif de 23 000 réfugiés fixé par les conservateurs.

Est-ce que le Canada pourra répondre à toutes ses promesses? En mai dernier, le gouvernement canadien répondait qu'il était sur la bonne voie, mais que les délais d'admission sont tributaires de la sécurité dans la région.

Parrainage privé ou prise en charge par le gouvernement?

En ce qui concerne les réfugiés syriens, le parrainage privé est quatre fois plus important que la prise en charge par le gouvernement. C'est tout le contraire en ce qui concerne les réfugiés irakiens.

Par ailleurs, des organismes d'aide au parrainage sont débordés et ont de la difficulté à répondre à la demande.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique