•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Kinder Morgan arrête ses publicités le temps des élections fédérales

Extrait d'une publicité de Kinder Morgan.

Extrait d'une publicité de Kinder Morgan.

Photo : TransMountain.com/YouTube

Radio-Canada

La compagnie pétrolière Kinder Morgan décide de retirer des ondes tous les messages publicitaires portant sur le projet controversé de pipeline Trans Mountain, et ce jusqu'à la fin de la campagne électorale, en octobre prochain.

Cette décision survient après que le candidat et député néo-démocrate de Burnaby South eut écrit au commissaire aux élections à la suite de la publication dans plusieurs journaux de demi-pages publicitaires.

Selon Kennedy Stewart, ces publicités font la promotion d'un enjeu électoral majeur, la compagnie devrait donc être inscrite à titre d'annonceurs tiers et soumise aux limites de dépenses pendant la campagne électorale, comme le prévoit la loi. « Le combat avec mes opposants est déjà assez difficile comme ça, je n'ai pas, en plus, besoin qu'une multinationale fasse de la promotion. C'est une question d'équité », explique-t-il.

Un sujet sensible, reconnaît Kinder Morgan

Bien que le commissaire aux élections, Yves Cote, n'ait pas encore donné suite à la lettre du député, la direction de Kinder Morgan explique avoir décidé d'elle-même de désamorcer la situation en retirant ses publicités. La porte-parole de la pétrolière, Lizette Parsons Bell, admet qu'il s'agit d'un sujet sensible, même si, selon elle, les publicités retirées « ne prenaient pas position pour un parti plutôt qu'un autre ».

Kinder Morgan prévoit tripler la capacité de son oléoduc Trans Mountain pour que soient acheminés 890 000 barils de pétrole des sables bitumineux en Alberta vers son terminal de Burnaby avant d'être transportés en bateau vers des marchés asiatiques.

Le premier ministre sortant, Stephen Harper, encourage le développement du secteur des sables bitumineux et l'expansion des pipelines. Le candidat du Nouveau Parti démocratique, Thomas Mulcair, affiche en revanche une position un peu moins claire. Interrogé sur la question lors du débat des chefs par la candidate du Parti vert, Elizabeth May, Thomas Mulcair a simplement répondu qu'il était en faveur processus d'examen environnemental plus solide.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Énergies renouvelables

Société