•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fin des vols nolisés pour les travailleurs de l'Ouest à partir de Moncton

Des Néo-Brunswickois qui partent travailler dans l'Ouest canadien attendent leur vol à l'ancien aéroport de Moncton.
Des Néo-Brunswickois qui partent travailler dans l'Ouest canadien attendent leur vol à l'ancien aéroport de Moncton.
Radio-Canada

Il n'y a désormais plus de vols nolisés offerts par les compagnies de l'Ouest à l'aéroport de Moncton, au Nouveau-Brunswick. Les pétrolières embauchent moins de travailleurs de l'Est en raison du ralentissement économique. Elles n'ont donc plus besoin d'avoir recours à ces vols nolisés.

Un texte de Marilyn Marceau TwitterCourriel

Jusqu'au mois de février dernier, une dizaine de vols par semaine partaient de Moncton pour amener les travailleurs néo-brunswickois jusqu'en Alberta, mais tout cela a pris fin depuis la chute des prix du pétrole.

« Au mois de septembre de l'année passée, on était aux environs de 7 à 9 vols par semaine qui partaient, et ç'a augmenté jusqu'à 17 vols. On a vu une augmentation soudaine, et très accrue en terme de flux qui s'en allait vers l'Aberta, mais il y a eu le grand déclin juste après malheureusement », affirme la porte-parole de l'aéroport international du Grand Moncton, Julie Pondant.

Elle affirme que « pendant à peu près un an, on a vraiment vu un grand flux de vols nolisés pour être capable de bouger les travailleurs de la région jusqu'en Alberta. Ça a été un boom d'à peu près six mois, on a vraiment vu une grande augmentation et à partir de janvier février de cette année, il y a eu un grand déclin jusqu'à que les vols avec Canadian North, entre autres, aient complètement arrêté ». Canadian North était le principal transporteur aérien qui faisait la navette est-ouest à partir de l'aéroport de Moncton.

Les Boeing 737 qui décollaient de Moncton pouvaient accueillir jusqu'à 200 passagers.Ces vols ont beaucoup contribué au bilan positif que l'aéroport a présenté pour l'année 2014, une année record pour l'organisation.

L'arrêt des vols nolisés pour les travailleurs de l'Ouest se fera sentir dans le prochain bilan financier, selon la porte-parole. Elle affirme cependant que l'augmentation des vols vers les destinations soleil va compenser en partie ces pertes.

Fin des vols vers l'Ouest aussi à Miramichi

À l'aéroport de Miramichi, au Nouveau-Brunswick, quelques vols nolisés amenaient aussi les travailleurs directement à Fort McMurray, en Alberta. Ils ont complètement cessé le printemps dernier.

Vols réguliers pour les travailleurs

L'entreprise pétrolière Suncor dit ne pas avoir complètement laissé tomber ce moyen de transport pour ses employés en Atlantique. Son porte-parole, Paul Newmarch, affirme que l'entreprise va continuer à noliser des vols quand il y a suffisamment de travailleurs.

À défaut de noliser des vols, Suncor dit qu'elle paie le billet d'avion des travailleurs pour les vols réguliers.

Des travailleurs à qui nous avons parlé affirment toutefois que de plus en plus de compagnies ont cessé de payer le transport des employés.

Suncor a annoncé en janvier qu'elle allait supprimer 1000 emplois contractuels et geler les embauches. La compagnie albertaine affirme qu'elle recrute un nouvel employé seulement lorsqu'il s'agit de postes « critiques ». L'entreprise cherche à réduire ses dépenses d'un milliard de dollars.

Des compagnies aériennes profitent de ces changements

Malgré le ralentissement économique dans le secteur pétrolier, la compagnie West Jet affirme ne pas avoir vu une diminution du nombre de passagers pour les vols allant de l'Est vers l'Ouest.

Le porte-parole Robert Palmer croit que plusieurs travailleurs qui voyageaient auparavant sur des vols nolisés embarquent maintenant sur les vols réguliers de West Jet et des autres compagnies aériennes. West Jet n'a pas voulu chiffrer cette augmentation, pour des raisons concurrentielles.

Acadie

Économie