•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ours nuisibles : à qui la responsabilité?

Ours noir

Ours noir

Photo : ICI Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les compressions au ministère des Richesses naturelles et des Forêts réduisent ses possibilités d'agir contre le problème d'ours nuisibles dans plusieurs communautés du nord de l'Ontario, selon le syndicat qui représente les agents de la faune.

Or, le ministre Bill Mauro estime que la responsabilité revient désormais aux services policiers.

Les municipalités ont la responsabilité de gérer les populations animales à l'intérieur de leurs frontières.

Une citation de :Le ministre des Richesses naturelles et des Forêts, Bill Mauro

« C'est la confusion la plus totale, estime pour sa part le représentant syndical Jeff Arbus. Le ministère et la police se renvoient la balle. »

Le Syndicat des employées et employés de la fonction publique de l'Ontario accuse la province d'avoir délégué la responsabilité aux policiers sans s'assurer qu'ils avaient les moyens d'intervenir.

« Les compressions sont un problème année après année, que ce soit pour la gestion des ours ou des feux de forêt ou encore des services environnementaux », affirme le porte-parole Jeff Arbus. Selon lui, le gouvernement ne fait que déléguer continuellement.

« Il y a de moins en moins d'agents de conservation de la faune sur le terrain dédiés à la relocalisation des ours », ajoute pour sa part Mark Ryckman, biologiste à la Fédération canadienne des chasseurs et des pêcheurs.

Autant la police provinciale que la police municipale, à Sudbury par exemple, déplorent le nombre grandissant d'appels en raison d'ours nuisibles et estiment ne pas avoir suffisamment d'agents pour répondre à la demande. Les services policiers ajoutent que les ours ne sont leur responsabilité que lorsqu'ils sont menaçants.

Qui appeler? Qui doit répondre? Quelles sont les attentes? Rien n'est clair.

Une citation de :Jeff Arbus, Syndicat des employées et employés de la fonction publique de l'Ontario

Le Service de police du Grand Sudbury rencontre d'ailleurs le ministère des Richesses naturelles et des Forêts aujourd'hui.

Retour de la chasse printanière à l'ours?

Territoires où la chasse à l'ours printanière sera permise ce printemps en OntarioAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Territoires où la chasse à l'ours printanière sera permise ce printemps en Ontario.

Photo : Ministère des Richesses naturelles

L'ampleur du problème des ours nuisibles cette année donne des arguments à ceux qui voudraient que la chasse printanière à l'ours fasse un retour en Ontario. Elle avait été abolie en 1999 par l'ancien gouvernement conservateur de Mike Harris.

Auparavant, des milliers d'ours étaient abattus chaque année, même par des touristes venant des États-Unis.

Un projet pilote a été instauré lors deux deux précédents printemps, mais dans certaines régions du nord de l'Ontario, comme à Sudbury, North Bay, Sault-Sainte-Marie, Timmins et Thunder Bay, seulement.

Le gouvernement ontarien espérait ainsi réduire le problème des ours errants près des villes, mais le nombre d'ours abattus jusqu'à maintenant montre que le projet pilote est irréaliste, d'après plusieurs chercheurs.

L'analyse des données devrait permettre à la province de prendre une décision sur un retour éventuel de cette pratique, selon le ministre Mauro.

Avec les informations de Marina von Stackelberg

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ontario