•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des infirmières qui gagnent le double de leur salaire en heures supplémentaires, en N.-É.

infirmieres

infirmieres

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Onze infirmières en Nouvelle-Écosse ont doublé leur salaire et des douzaines d'autres gagnent des dizaines de milliers de dollars en plus de leur salaire de base, en raison des heures supplémentaires qu'elles font, selon des documents publics.

Ces documents donnent la liste de tous les employés de la santé qui ont gagné plus de 100 000 $ pendant l'année financière 2014-2015.

On y apprend qu'une infirmière de la régie de la santé de la capitale a gagné 185 000 $ l'an dernier. Vingt-six infirmières ont touché des revenus de plus de 130 000 $. Le salaire de base des infirmières immatriculées en Nouvelle-Écosse varie de 60 000 $ à 85 000 $.

« Ma première réaction, c'est que nous avons une situation où il y a plus de travail que d'infirmières. Ces infirmières se font donc demander, de temps en temps, de faire des heures supplémentaires », explique Everton McLean, porte-parole de la régie de santé.

Il ajoute que les chiffres tiennent compte du travail effectué les jours fériés et que certaines des rémunérations peuvent englober les indemnités de départ des infirmières qui ont pris leur retraite et des allocations de déplacement.

Pas assez d'infirmières?

Selon la présidente du syndicat des infirmières de la Nouvelle-Écosse, Janet Hazelton, bien des infirmières font de longues heures supplémentaires parce qu'elles n'ont pas le choix.

Ces infirmières travaillent à temps plein et continuent à travailler après leurs heures normales pour s'assurer que leur unité reste ouverte. J'entends parler toutes les semaines d'infirmières [...] qui ont dû faire des tours de service de 24 heures. C'est inacceptable!

Une citation de :Janet Hazelton, présidente du syndicat des infirmières de la N.-É.

Elle affirme que le problème a été soulevé dans le passé, mais que les solutions jusqu'ici se sont faites rares. Les infirmières, ajoute-t-elle, sont particulièrement frustrées cet été parce que dans bien des hôpitaux, certaines d'entre elles avec beaucoup d'expérience se sont vu refuser des vacances à cause de pénuries de personnel.

Bien des hôpitaux, dit-elle, ne peuvent compter sur un bassin d'infirmières temporaires pour remplacer les infirmières permanentes pendant leurs vacances ou leurs congés de maladie. « Les gens doivent comprendre que les infirmières ont besoin de congés. Ce n'est pas sain de travailler sans vacances ou sans pause et de faire constamment des heures supplémentaires. »

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Acadie