•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Danser avec le fleuve et la vase

Hommes de vase, de la chorégraphe Chantal Caron
Hommes de vase, de la chorégraphe Chantal Caron Photo: Jean-Sébastien Veilleux
Radio-Canada

Des danseurs qui s'exécutent en s'enduisant de boue sur un site en bordure du fleuve Saint-Laurent. Cette idée de la chorégraphe Chantal Caron peut paraître farfelue, mais le résultat s'annonce surprenant.

La compagnie Fleuve-Espace danse présentera ce mois-ci sa nouvelle création, Hommes de vase, à l'occasion de la 17e Fête des chants de marins de Saint-Jean-Port-Joli.

Bien connue dans le milieu de la danse, Chantal Caron raconte que le fait de créer avec de la vase n'a pas été chose facile, parce que cette matière « est toxique », explique-t-elle.

La vase est en soi « une accumulation de pollution depuis plusieurs centaines d'années », souligne la chorégraphe, qui aborde également le côté bénéfique de la matière.

« La vase, c'est très positif aussi, parce que c'est comme une éponge qui absorbe cette matière-là », image-t-elle.

Chantal Caron aime travailler avec les éléments, elle se dit grandement inspirée par les beautés de la nature. Mais alors, pourquoi avoir choisi la vase pour sa nouvelle chorégraphie, une matière qui lui répugnait pourtant lorsqu'elle était enfant?

Parce que cette matière, dit-elle, a aussi un côté « attirant avec la succion, la texture ».

La chorégraphe raconte avoir eu le déclic pour le projet Hommes de vase en 2013, lors du déversement de pétrole entourant la tragédie de Lac-Mégantic.

« Je dirais que [c'est] le point majeur qui a fait que je suis allée là-dedans [...] Je m'imaginais comme une espèce de marée noire dans toute cette ville-là et je me suis dit qu'il fallait que je parte de ça, c'était trop fort », explique-t-elle.

Comment utiliser la vase?

La chorégraphe a dû puiser loin dans ses idées pour finalement trouver la bonne façon d'utiliser la vase tout en beauté.

Au départ, Chantal Caron avait envie d'amener les gens sur un terrain vaseux en bordure du fleuve, à Saint-Jean-Port-Joli, mais ce n'était pas une très bonne idée. L'artiste se disait que ce serait trop difficile pour les personnes à mobilité réduite.

Finalement, les danseurs puiseront la vase à même le sol et s'en enduiront le corps pendant la chorégraphie. Le résultat est, semble-t-il, fort surprenant avec les montagnes et le fleuve au loin.

Les deux représentations de la création Hommes de vase auront lieu les 14 et 15 août à 18 h 30 à la marina de Saint-Jean-Port-Joli. L'accès au site sera gratuit.

Québec

Arts