•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nouvel éclairage à Montréal : la Réserve de ciel étoilé du Mont-Mégantic s'inquiète pour les Montréalais

Comme bien d'autres métropoles, Montréal (ici vue de la Station spatiale internationale) perd une grande partie de sa lumière vers le ciel et l'espace

Comme bien d'autres métropoles, Montréal (ici vue de la Station spatiale internationale) perd une grande partie de sa lumière vers le ciel et l'espace

Photo : NASA

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Des scientifiques de la Réserve internationale de ciel étoilé du Mont-Mégantic s'inquiètent pour la santé des Montréalais.

Un reportage de Jean Arel TwitterCourriel

La Ville compte habiller de lumières le pont Jacques-Cartier pour son 375e anniversaire et souhaite, en plus, convertir l'éclairage actuel en un éclairage aux ampoules DEL blanches, ce qui créera trois fois plus de pollution lumineuse, en plus d'avoir un impact négatif sur l'environnement.

Montréal utilise actuellement des ampoules jaunâtres au sodium. Les ampoules DEL sont toutefois plus économiques.

Le coordonnateur scientifique de l'Astrolab du Mont-Mégantic, Sébastien Giguère, croit que cela aura un effet néfaste sur l'écosystème et l'horloge biologique des Montréalais.

« De vouloir éclairer la nuit avec de la lumière blanche très riche en bleu, c'est une mauvaise idée. Que ce soit au niveau du ciel étoilé, des écosystèmes ou les impacts sur la santé humaine », affirme-t-il.

« Si on ne veut pas avoir un impact aussi intense sur la pollution lumineuse, c'est sûr qu'on peut réduire le niveau d'éclairage, mais il faudrait le ramener au tiers de ce qu'il est actuellement. C'est clairement pas ce que la Ville prévoit faire. »

— Une citation de  Martin Aubé, professeur-chercheur au Cégep de Sherbrooke

Le professeur-chercheur au Cégep de Sherbrooke, Martin Aubé, suggère plutôt à Montréal d'opter pour des ampoules DEL ambrées, comme Sherbrooke.

« [C'est] un petit plus dispendieux, mais tout dépend du volume. Quand on parle de 110 millions de DEL, je pense que l'industrie pourrait produire à plus bas prix certainement », soutient-il.

« Bien nous, ce qu'on privilégie, ajoute Sébastien Giguère, c'est de faire un petit compromis en terme d'efficacité énergétique, ou de prix, pour atteindre nos objectifs de préservation. »

L'impact de l'illumination du pont Jacques-Cartier

De plus, l'éclairage du pont Jacques-Cartier à compter de 2017 aura également un impact important. Le pont Jacques-Cartier restera illuminé pour plusieurs années.

« On néglige souvent l'impact de la lumière, explique Martin Aubé. C'est une source de pollution comme toute source de pollution. La pollution de l'eau, de l'air. C'est comme si pour des raisons esthétiques, on se mettait à émettre des gaz ou des fumées de couleur dans l'atmosphère. »

Avec toutes ces sources lumineuses, les Montréalais devront s'éloigner d'autant plus s'éloigner de la ville pour contempler les étoiles.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !