•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La garderie francophone de Vonda veut plus d'enfants 

La garderie La petite jungle à Vonda accueille 10 enfants sur une capacité de 25

Photo : ICI Radio-Canada/Nicole Lavergne-Smith

Radio-Canada

La garderie francophone de Vonda, à 40 minutes au nord-est de Saskatoon, ne fonctionne pas à plein régime un an et demi après son ouverture. La direction du Centre éducatif Providence La petite jungle souhaite voir plus d'enfants inscrits à son établissement.

Durant l'été, peu de jeunes fréquentent la garderie. Plusieurs parents d'enfants inscrits sont des enseignants, et ils sont donc plus nombreux pendant l'année scolaire.

« Depuis notre ouverture il y a un an et demi, on a commencé avec peu d'enfants, trois enfants. Maintenant, on est rendu à 10 avec une longue liste d'enfants qui viennent occasionnellement », dit la directrice de la garderie, Faye Urick. L'établissement peut accueillir 25 enfants à la fois.

Ramatou Bamba, qui travaille à la garderie depuis un an, explique que l'établissement tente d'attirer les parents. « Bien sûr, on recrute, on essaie de contacter les parents pour qu'ils viennent avec les enfants. On les motive, on fait des activités saisonnières pour que les parents puissent venir [y] assister. »

Faye Urick, directrice de la garderie La petite jungleAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Faye Urick, directrice de la garderie La petite jungle

Photo : ICI Radio-Canada/Nicole Lavergne-Smith

Mme Bamba ajoute que la garderie a beaucoup évolué au cours de la dernière année, et que ce n'est qu'un début. Le Centre éducatif Providence La petite jungle tente d'amasser des fonds pour installer de meilleures structures de jeux à l'extérieur, des structures qui pourraient aussi être utilisées par les gens de la communauté. « Notre but est d'avoir un centre plein [...], alors c'est mieux d'avoir un centre plus grand qu'on peut remplir », selon Faye Urick.

La directrice de la garderie croit que le fait d'avoir encore de la place pour accueillir plus d'enfants est positif. Les parents n'ont pas à inscrire leurs enfants sur une liste d'attente, comme c'est le cas dans d'autres garderies francophones de la province.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Francophonie

Société