•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Russie bloque la création d'un tribunal international sur la destruction du vol MH17

Des enquêteurs ukrainiens au site de l'écrasement de l'avion MH17.

Des enquêteurs ukrainiens au site de l'écrasement de l'avion MH17.

Photo : MAXIM ZMEYEV / Reuters

Reuters
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La Russie a opposé mercredi son veto à un projet de résolution du Conseil de sécurité des Nations unies prévoyant la constitution d'un tribunal international chargé de faire enquête sur la destruction en vol d'un avion de la Malaysia Airlines l'été dernier au-dessus de l'est de l'Ukraine.

Onze des 15 pays membres du Conseil ont voté en faveur de ce projet présenté par la Malaisie, l'Australie, les Pays-Bas et l'Ukraine. Trois se sont abstenus : la Chine, Angola et le Venezuela. Le vote négatif de la Russie, membre permanent du Conseil, a valeur de veto.

Le vol MH17, qui devait assurer la liaison entre Amsterdam et Kuala Lumpur, a été abattu en juillet de l'année dernière avec 298 personnes à son bord. Il s'est écrasé dans l'est de l'Ukraine, dans une zone contrôlée par les séparatistes prorusses.

Les Pays-Bas, dont étaient originaires les deux tiers des victimes, soupçonnent fortement les séparatistes prorusses d'avoir abattu le Boeing avec un missile sol-air Buk de fabrication russe. La Russie accuse l'armée ukrainienne d'avoir tiré le missile.

Dans la journée, quelques heures avant le vote à l'ONU, le président russe, Vladimir Poutine, avait réaffirmé son opposition à la création d'un tribunal international pour juger les responsables de la destruction du Boeing 777.

« Le président russe a confirmé sa position selon laquelle la création d'un tel organe judiciaire serait inopportune », a déclaré le Kremlin dans un communiqué, à la suite d'un entretien téléphonique entre Vladimir Poutine et le premier ministre néerlandais, Mark Rutte.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !