•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'explosion d'un gazoduc près d'Otterburne est due à une vieille fissure

Radio-Canada

Une fissure non détectée pendant 50 ans est à l'origine de la violente explosion du gazoduc de TransCanada près d'Otterburne à 50 km au sud de Winnipeg le 25 janvier 2014, selon l'enquête du Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST) rendue publique mardi.

Une fissure non détectée pendant 50 ans est à l'origine de la violente explosion du gazoduc de TransCanada près d'Otterburne à 50 km au sud de Winnipeg le 25 janvier 2014, selon l'enquête du Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST) rendue publique mardi.

L'explosion a projeté des flammes atteignant jusqu'à 300 mètres de hauteur, forçant l'évacuation de cinq maisons dans le secteur et créant un cratère de 24 m de long et 12,5 m de large.

La force de l'explosion a aussi projeté des débris dans un rayon de 100 mètres du site de l'explosion selon le BST.

Soudure défectueuse

Les enquêteurs du BST ont repéré une fissure qui s'est formée lors de la construction du pipeline il y a plus de cinquante ans, causée par une soudure défectueuse.

Selon eux, l'usure progressive du gazoduc ajoutée au mouvement du sol, aux températures excessivement froides au cours de l'hiver 2014 et aux travaux menés sur le site ont fait en sorte que la fissure a cédé.

Le gaz naturel a brûlé pendant près de 12 heures après l'explosion, obligeant les autorités à fermer l'autoroute 303 jusqu'à l'extinction du feu.

Par mesure de précaution, deux pipelines adjacents ont été fermés et vérifiés avant d'être remis en service quelque temps plus tard. Neuf communautés rurales ont été privées d'accès au gaz naturel pendant près de 80 heures au cours desquelles la température a atteint -26 degrés Celsius. Personne n'a été blessé.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Manitoba

Société