•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Violence envers les femmes autochtones : le gouvernement doit agir, estime Michèle Audette

Une oeuvre rend hommage aux femmes autochtones disparues ou assassinées, sur la façade d'un édifice du boulevard Saint-Laurent, à Montréal, en février 2014.

Une oeuvre rend hommage aux femmes autochtones disparues ou assassinées, sur la façade d'un édifice du boulevard Saint-Laurent, à Montréal.

Photo : Radio-Canada/Ralph-Bonet Sanon

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'ex-présidente de l'Association des femmes autochtones du Canada, Michèle Audette, croit que le rapport du comité des droits de l'homme des Nations unies, qui critique notamment le Canada en matière de droits autochtones, incitera le gouvernement fédéral à agir.

Dans son dernier rapport sur les droits civils et politiques au pays, le comité s'inquiète de la violence dont sont victimes les femmes autochtones ou issues de minorités ethniques.

Il réclame l'intervention d'Ottawa dans le dossier des femmes autochtones portées disparues et recommande la mise sur pied d'une enquête nationale publique.

Michèle Audette craint toutefois que le gouvernement conservateur fasse la sourde oreille.

Il n'y a pas grand-chose qui va le faire bouger. Parce qu'aux yeux des conservateurs, ce n'est qu'un problème de sécurité publique où la police doit faire son travail.

Une citation de :Michèle Audette
nullAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Michèle Audette, ex-présidente de l'Assocation des femmes autochtones du Canada

Photo : Radio-Canada

La coordonnatrice du programme d'administration publique autochtone à l'École nationale d'administration publique déplore l'inaction du gouvernement Harper dans ce dossier.

« La coupure est faite depuis l'avènement des conservateurs. Le dialogue est coupé », affirme Michèle Audette, qui déplore le manque de discussions entre les groupes autochtones et Ottawa.

La tenue d'une enquête nationale sur les femmes autochtones disparues est réclamée depuis des années par de nombreux intervenants.

Michèle Audette rappelle que le Nouveau Parti démocratique et le Parti libéral du Canada en ont fait une promesse électorale.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !