•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nucléaire : la Corée du Nord ne veut pas d'un dialogue sur le modèle iranien

Des militaires nord-coréens

Des militaires nord-coréens, lors d'un rassemblement à Pyongyang, le 29 mars 2013

Photo : La Presse canadienne / Jon Chol Jin

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La Corée du Nord a fait savoir mardi qu'elle poursuivra son programme nucléaire, excluant du même coup l'ouverture d'un dialogue basé sur celui qui a permis à l'Iran de conclure un accord nucléaire avec les grandes puissances.

Selon le ministère nord-coréen des Affaires étrangères, il est « illogique » de comparer la situation de Pyongyang à celle de Téhéran en raison de « l'agressivité provocatrice de l'armée américaine, dont un exercice militaire conjoint de grande ampleur [avec la Corée du Sud] et une menace nucléaire sérieuse ». 

Environ 28 500 militaires américains sont stationnés en Corée du Sud, un héritage de la guerre de Corée de 1950-1953, qui s'est terminé par un cessez-le-feu, et non pas un traité de paix.

Nous ne sommes pas du tout intéressés par un dialogue sur un gel unilatéral ou l'abandon de notre programme nucléaire.

Une citation de :Communiqué du ministère des Affaires étrangères

La Corée du Nord a effectué des essais nucléaires en 2006, 2009 et 2013. Les discussions sur un désarmement de Pyongyang sont au point mort depuis six ans, mais plusieurs observateurs croient que le pays a déjà une flotte d'armements nucléaires, appelée à grossir au cours des prochaines années.

L'accord avec l'Iran

L'Iran a acccepté il y a une semaine par un accord conclu avec les six puissances internationales (États-Unis, Allemagne, France, Royaume-Uni, Russie et Chine) que l'Agence internationale de l'énergie atomique encadre son programme nucléaire pour 10 ans en échange d'une levée progressive des sanctions économiques prises contre lui par la communauté internationale.

Avec les informations de Associated Press, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !