•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cap-Chat : reprise des activités au parc industriel

Soixante tonnes de matériaux sont entrées par le toit de l'usine Orbite de Cap-Chat.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Les activités reprennent au parc industriel de Cap-Chat après une longue période de latence.

De nouvelles entreprises s'y installent. D'ici la fin de l'année, une centaine de personnes travailleront dans le parc industriel, et ce, sans compter les nombreux emplois indirects. C'est énorme pour la municipalité de 2500 habitants où le maire est habitué de parler de chômage élevé plutôt que de création d'emplois.

Les nouvelles technologies comme la réparation d'éoliennes avec Transalta ont maintenant leur place dans le parc industriel de Cap-Chat.

L'usine d'Orbite Aluminae, construite au coût de 117 millions de dollars, doit produire, cet automne, ses premières tonnes commerciales d'alumine de haute pureté, un produit directement associé à la fabrication de piles au lithium.

Nouveaux emplois :

Scierie Lebel : 20 employés dès mercredi
Damabois : 28 employés
Transalta : 9 employés
Orbite: 30 présentement et 40 en production

Réouverture de la scierie Lebel

La scierie du Groupe Lebel à Cap-ChatAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La scierie du Groupe Lebel à Cap-Chat

Photo : Radio-Canada

La réouverture de la scierie Lebel, fermée depuis trois ans, ajoute à ce vent de reprise. Les 20 nouveaux employés de la scierie du Groupe Lebel entreront au travail mercredi.

Le maire de Cap-Chat, Judes Landry, y voit le résultat des démarches auprès des ministres et politiciens. « Ils ont investi à peu près 3 millions de dollars depuis le mois de mai », rapporte M. Landry.

Et cet élan économique s'étend aussi à d'autres secteurs que l'industrie, comme le tourisme et le commerce. Le propriétaire de Valmont plein air, Jérôme Landry, qui exploite un restaurant, est bien content des retombées générées par ces nouveaux emplois.  Ça aide, souligne-t-il, à préserver les emplois dans ma propre entreprise, surtout dans les périodes touristiquement plus tranquilles comme l'automne ou l'hiver.  

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Est du Québec

Économie