•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La petite-fille d'Agapit LeBlanc lui rend hommage

Gloria LeBlanc
Gloria LeBlanc, petite-fille d'Agapit LeBlanc Photo: ICI Radio-Canada/Amélie Gosselin
Radio-Canada

Gloria LeBlanc souligne le courage de son grand-père, Agapit LeBlanc, un Acadien agent de pêche assassiné à Bouctouche, au Nouveau-Brunswick, en 1926, et dont le nom a été récemment donné à un nouveau patrouilleur de la Garde côtière canadienne..

Mme LeBlanc a quelques photographies de son grand-père. « On voit que ce n'était pas un grand homme, et qu'il partageait tout le temps ses cheveux de la même façon », dit-elle.

Agapit LeBlanc était un homme de petite taille, mais il était assurément courageux. À 39 ans et père de trois enfants, il tenu à faire son devoir malgré les risques.

« Son père, Dominique, ne voulait pas qu'il sorte en mer, ni sa femme, Anna, d'ailleurs. Elle ne voulait pas qu'il sorte en mer cette soirée-là. Puis, apparemment il a décidé d'y aller quand même vu que c'était son job », explique Mme LeBlanc.

Le NGCC A. LeBlancLe NGCC A. LeBlanc Photo : Gouvernement du Canada

L'agent de pêche avait reçu des menaces quelques semaines auparavant. « Il y aurait même eu quelqu'un qui aurait apparemment laissé un message de papier chez lui, avec une photo d'un cercueil disant: "Voici ton cercueil si tu n'arrêtes pas de venir nous trouver sur la mer" », affirme Gloria LeBlanc.

La famille n'a jamais connu les raisons du meurtre. « Ce temps-là, il y avait beaucoup de contrebande à Bouctouche. C'était le temps de la prohibition. Il y avait des gens qui pêchaient illégalement. On ne sait pas ce qui s'est passé. C'est encore un mystère », souligne Mme LeBlanc.

Gloria LeBlanc explique que son grand-père est mort d'une balle à la tête après avoir été battu. Son corps a été retrouvé quatre jours plus tard au fond de l'eau.

Un patrouilleur en mémoire du premier agent de pêche fédéral tué dans l'exercice de ses fonctions

Aujourd'hui, soit 89 ans après les faits, Gloria LeBlanc accueille comme un baume ce navire qui porte le nom de son grand-père.

Lorsque je suis arrivé et que j'ai vu le bateau la première fois, puis la famille aussi, on était très impressionnés. C'est un beau navire, et de voir sur le navire A. LeBlanc, c'était vraiment touchant pour nous autres.

Gloria LeBlanc, petite-fille d'Agapit LeBlanc

Gloria LeBlanc estime que le navire porte bien son nom. « Aujourd'hui, il y a vraiment une continuité avec ce bateau de la Carde côtière canadienne qui lui est dédié, parce que leur mandat, c'est la protection sur les eaux », souligne-t-elle.

D'après un reportage d'Amélie Gosselin

Société