•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plages, rives, berges : les projets d'accès au fleuve se multiplient

Le sable est arrivée sur le site de la future plage de Repentigny, au parc Saint-Laurent. Il sera possible de s'y allonger dès le mois d'août.

Le sable est arrivée sur le site de la future plage de Repentigny, au parc Saint-Laurent. Il sera possible de s'y allonger dès le mois d'août.

Photo : Courtoisie Alain Boudreau

Radio-Canada

Si les Québécois ont longtemps tourné le dos au fleuve, force est de constater qu'ils se retournent peu à peu vers lui. Les projets municipaux se multiplient, que ce soit des plages, des quais, des promenades, des pistes cyclables riveraines ou encore des parcs. Les municipalités de la grande région de Montréal ont accepté de nous partager leurs projets en cours et à venir.

Un dossier de Thomas GerbetTwitterCourriel

Zoomez sur la carte et cliquez sur les icônes pour avoir plus d'informations et voir des photos.

Pour voir la carte sur votre appareil mobile, cliquez ici.

Un retour aux sources

Dans les années 1950, il y avait une cinquantaine de plages ouvertes à la baignade sur l'île de Montréal. Jusqu'à 10 000 personnes fréquentaient par exemple la plage Bissonnette de l'île Sainte-Thérèse, les fins de semaine. 

Le déclin de la baignade s'est ensuite accélé au tournant des années 1970, au fur et à mesure que la qualité de l'eau s'est dégradée. Aujourd'hui, il n'y a plus que trois plages naturelles baignables [Jean-Drapeau, Cap-Saint-Jacques et celle du Parc-nature du Bois-de-l'Île-Bizard].

À travers le monde, toutes les municipalités riveraines d'un plan d'eau veulent retrouver cet accès.

Chantal Rouleau, membre du comité exécutif responsable de l'eau et des infrastructures de l'eau et mairesse de l'arrondissement de Rivière-des-Prairies-Pointe-aux-Trembles

Mais les efforts des dernières années et les investissements pour améliorer la qualité de l'eau commencent à changer la donne. « Tous les programmes d'assainissement des eaux font qu'on retrouve la qualité d'eau en rive et par le fait même, la population veut retrouver l'accès à ses plans d'eau », note Chantal Rouleau, responsable de l'eau au comité exécutif de la Ville de Montréal.

Plus les gens auront accès au fleuve, plus on va protéger le fleuve.

Chantal Rouleau, membre du comité exécutif responsable de l'eau et des infrastructures de l'eau et mairesse de l'arrondissement de Rivière-des-Prairies-Pointe-aux-Trembles

Des villes très engagées dans le retour au fleuve

Plusieurs municipalités n'ont pas de nouveau projet car elles sont déjà fortement ouvertes sur l'eau et ont déjà réalisé des projets. C'est le cas de Dorval ou de l'arrondissement Lachine, par exemple. Dans les prochaines années, plusieurs autres viles devraient se démarquer par le nombre et l'importance de leurs initiatives, comme Montréal, Boucherville, Longueuil ou encore Sorel-Tracy.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Grand Montréal

Société