•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La GRC conclut son enquête sur la mort de Michel Vienneau

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
vienneau-police-bathurst

Michel Vienneau et Anick Basque

Photo : Facebook

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La GRC en Nouvelle-Écosse a conclu son enquête en lien avec la mort de Michel Vienneau à Bathurst, au Nouveau-Brunswick.

M. Vienneau a été tué par balles par un agent de la Police de Bathurst le 12 janvier 2015 à la gare de Bathurst. La GRC affirme qu'elle ne fournira aucun détail sur l'enquête, pour le moment du moins.

La voiture de la victime de la fusillade de Bathurst a été recouverte d'une toile bleue.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La voiture de la victime de la fusillade de Bathurst a été recouverte d'une toile bleue.

Photo : François Vigneault

L'homme âgé de 51 ans a été tué dans le cadre d'une enquête qui suit son cours, selon les forces policières. La GRC a confié cette enquête à une équipe du Groupe des crimes majeurs de la GRC en Nouvelle-Écosse. 

« Le dossier d'enquête a été remis au Service des poursuites publiques du Nouveau-Brunswick, qui doit le passer en revue afin de déterminer si des accusations doivent être déposées », peut-on lire dans le communiqué envoyé par la GRC, jeudi après-midi.

Rappelons que le 13 janvier, le Service de police de Bathurst a demandé à la GRC de la Nouvelle-Écosse d'enquêter sur l'incident entourant la mort de M. Vienneau. L'homme de Tracadie revenait d'un voyage à Montréal, avec sa conjointe Annick Basque. 

Les proches de Michel Vienneau s'impatientent

Pour l'avocat de la succession de Michel Vienneau, Me Raymond Wade, cette nouvelle n'en est pas une. Il critique le fait que la GRC a mis six mois à compléter son enquête, alors que normalement , si la GRC avait eu une mort d'homme dans ses rangs, « on l'aurait su la même journée, sinon le lendemain et on aurait su le nom des personnes ».

« Dans les circonstances, Michel est tombé. Michel n'est plus une victime maintenant, ce sont les parents de Michel qui sont âgés et qui meurent à petit feu de souffrances épouvantables et tous les proches de Michel aussi », affirme Me Wade.

Toute la société en réalité est victime du fait qu'on attend six mois pour avoir un rapport d'enquête. On fait une non nouvelle qu'on dit qu'on l'a transféré maintenant à un autre bureau.

Me Raymond Wade, avocat de la succession de Michel Vienneau.

Selon l'avocat de la succession, on ne saura jamais le fond de l'histoire si des accusations ne sont pas portées contre le policier qui a tué Michel Vienneau. La GRC n'a pas écarté cette possibilité.

L'avocat d'Annick Basque, Me Charles LeBlanc, a refusé de commenter avant d'avoir lu les conclusions du rapport. Il espère cependant que ce soit disponible bientôt.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !