•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le déclin de la population d'abeilles inquiète les apiculteurs du Québec

Une abeille butine une fleur
Une abeille butine une fleur Photo: Marc-Antoine Mageau
Radio-Canada

Le déclin de la population d'abeilles au Canada inquiète bien des apiculteurs. C'est le cas de David Ouellet de la Miellerie La Grande Ourse située à St-Marc-de-Figuery. En moyenne, au Québec, 26 % des abeilles meurent chaque année selon le ministère l'Agriculture du Québec. L'apiculteur David Ouellet salue l'initiative de l'Ontario qui va restreindre l'utilisation de pesticides d'ici 2017.

Avec les informations de Sandra AtamanTwitterCourriel

C'est un très grand premier pas qui a été fait par l'Ontario, ça a pris beaucoup beaucoup beaucoup de mortalité d'abeilles. David Ouellet est copropriétaire de la Miellerie La Grande Ourse à St-Marc-de-Figuery. Il s'inquiète du déclin des colonies d'abeilles au Canada. D'ailleurs, d'ici 2017, l'Ontario va réduire l'utilisation des pesticides, les néonicotinoïdes. David Ouellet souhaite que Québec emboîte le pas.

« Les néonicotinoïdes un jour il n'y en aura plus, affirme-t-il. Et c'est qui le premier qui va se décider à avoir le courage politique de dire : « On s'en débarrasse ». Il y a beaucoup d'argent, il y a beaucoup de lobbies en arrière de ça. Il va y avoir quelqu'un, un moment donné, qui va avoir un peu plus de courage que les autres et qui va réussir à faire tasser ça, qui va [éliminer] cette cochonnerie de poison là et on va s'en débarrasser une fois pour toutes. »

Ce dossier préoccupe l'Union des producteurs agricoles (UPA) même si l'organisme n'est pas contre l'utilisation de pesticide. L'UPA encourage une utilisation raisonnable. « Il faut aussi être conscient qu'il faut protéger nos cultures, c'est notre revenu. S'il y a un ravageur qui est dans le champ, et qu'on ne peut le protéger, bien c'est notre revenu en bout de ligne. Ce qu'on dit c'est de toujours garder un équilibre entre le besoin économique et le besoin écologique », indique le président régional de l'UPA, Sylvain Vachon.

Selon le ministère de l'Agriculture du Québec, le Québec perd en moyenne 26 % des abeilles depuis 2003. Le taux de mortalité devrait se situer entre 10 et 15 %.

Abitibi–Témiscamingue

Environnement