•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Harper maintient son refus de participer aux débats du consortium

Stephen Harper, Thomas Mulcair et Justin Trudeau

Stephen Harper, Thomas Mulcair et Justin Trudeau

Photo : CBC

La Presse canadienne
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le Parti conservateur maintient son refus de participer à un débat électoral organisé par le Consortium des radiodiffuseurs, même si le quotidien La Presse s'associe maintenant à ce consortium pour le débat en français.

Ce débat, prévu en octobre, doit réunir les chefs des partis politiques, mais Stephen Harper n'y sera pas.

M. Harper n'a accepté que l'invitation de TVA pour un débat télévisé en français, le 2 octobre. Son parti a dit qu'il était prêt à participer à un maximum de deux débats en français et trois en anglais.

Les débats anglais acceptés par les conservateurs sont ceux du magazine Maclean's, de l'organisation Munk Debates et du quotidien The Globe and Mail. Le maximum de trois est donc atteint, selon les règles que se sont imposées les conservateurs.

Ils boudent ainsi l'invitation à un débat anglais faite par le consortium qui réunit CBC News, CTV News, Global News, Radio-Canada et Télé-Québec.

Un débat en français refusé

Dans un communiqué diffusé mercredi, le consortium vante l'association de La Presse à son offre.

« Nous sommes ravis d'annoncer ce partenariat avec La Presse qui viendra enrichir l'expérience démocratique des francophones à l'échelle du pays lors de la campagne électorale de 2015 », écrit Michel Cormier, directeur général de l'information de Radio-Canada et membre du consortium.

Le quotidien montréalais aura un représentant pour coanimer le débat et assurera une distribution numérique à son lectorat.

L'invitation n'a tout de même pas fait céder les conservateurs. Dans un courriel d'une phrase, Kory Teneycke, porte-parole du parti, a repris le mantra qu'il a adopté dès le départ.

Notre position en ce qui concerne les débats du soi-disant consortium n'a pas changé.

Une citation de :Kory Teneycke, porte-parole du Parti conservateur

Les avenues possibles pour un second débat en français sont de plus en plus difficiles à imaginer. À ça, M. Teneycke répond « restez à l'écoute ».

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !